Explorer

Explorer le marché marocain

Explorer le marché marocain

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Ces dernières années, l'économie marocaine s'est caractérisée par une stabilité macroéconomique et de faibles niveaux d'inflation, s'appuyant principalement sur les exportations, un boom de l'investissement privé et du tourisme. Cependant, le choc du COVID-19 a plongé l'économie marocaine dans sa première récession depuis 1995. L'économie du pays a rebondi en 2021 avec une croissance estimée à 5,7 % grâce à un effet de base et à une performance extraordinaire du secteur agricole, plutôt qu'à une accélération généralisée de l'activité économique (le secteur des services était encore faible, freiné par la sous-performance de l'industrie touristique relativement importante du Maroc). Le PIB devrait retrouver son niveau d'avant la pandémie d'ici 2022, le FMI prévoyant une croissance de 3,1 % cette année et de 3,7 % en 2023, bien que ce scénario de référence soit soumis à une forte incertitude, notamment en raison de la crise sanitaire mondiale, qui a conduit à la fermeture des frontières du pays fin 2021.

Les dépenses courantes de santé et de protection sociale ont connu une forte augmentation afin de contrebalancer les effets de la pandémie, stoppant ainsi les efforts de consolidation budgétaire entrepris par le gouvernement national ces dernières années. Le déficit budgétaire a été estimé à 5,6 % en 2021, et il devrait diminuer légèrement à 5,3 % cette année et 4,9 % en 2023 en raison du rebond du PIB. De même, le ratio de la dette au PIB a grimpé à 75,8 % en 2021 (contre un niveau pré-pandémique de 65,1 %) et devrait rester sensiblement stable autour de 76,6 % sur l'horizon de prévision (FMI). Afin de soutenir les entreprises et les particuliers qui se remettent de l'impact du coronavirus, le gouvernement a mis en place un fonds d'investissement stratégique d'une valeur de 4,8 milliards de dollars, ainsi que d'autres mesures pour aider les personnes travaillant dans le secteur informel, l'émission de garanties partielles aux banques pour prêts accordés aux entreprises, une baisse du taux d'intérêt de référence de la Banque centrale de 75 points de base (à un niveau historiquement bas de 1,5 %) et des injections directes de liquidités dans le système financier. En outre, le pays s'est assuré un bon accès au financement extérieur, grâce à d'importants décaissements multilatéraux et à deux ventes réussies d'obligations souveraines qui ont renforcé les réserves de change. L'inflation a augmenté à 1,4 % en 2021 dans un contexte de hausse des prix mondiaux de l'énergie et ne devrait diminuer que légèrement en 2022 avant d'accélérer à nouveau l'année suivante (1,2 % et 1,6 % - FMI).

Malgré ses niveaux élevés, le taux de chômage avait diminué ces dernières années ; cependant, la propagation de la pandémie a provoqué une poussée, avec un chômage estimé à 12 % fin 2021 (contre 10,2 % avant la pandémie), malgré les efforts du gouvernement pour soutenir l'économie. Dans un contexte mondial très instable, le FMI prévoit une baisse progressive du taux de chômage pour atteindre 11,5 % cette année et 11 % en 2023. Selon la Commission supérieure marocaine du plan, le chômage touche particulièrement les jeunes (15-24 ans – à 26 %) et les jeunes diplômés. Le taux de pauvreté reste l'un des plus élevés de la région méditerranéenne, avec 15% de la population vivant sous le seuil de pauvreté.

Sélectionnez votre pays d'intérêt :

Choisir
le bon pays cible

Identifier les meilleurs pays pour importer et exporter.

Evaluer le potentiel du marché marocain

Le Maroc possède une économie diversifiée, ouverte et orientée vers le commerce. Troisième producteur et premier exportateur mondial de phosphates, le pays est riche en ressources naturelles. Son climat favorable et la qualité de ses sols le dotent d'un énorme potentiel agricole. Les secteur des énergies renouvelables, infrastructures et télécommunications sont particulièrement porteurs.

Fiches thématiques :

Le contexte économique du Maroc Le profil commercial du Maroc

Identifier les barrières à l'entrée

Le Maroc a signé plusieurs accords de libre échange, mais protège certains secteurs par des droits de douane élevés (agriculture). Les barrières non tarifaires incluent : l'attribution non-transparente des autorisations gouvernementales, les monopoles et oligopoles, le contrôle des prix, le remboursement anticipé limité des livraisons, les normes et réglementations favorisant les produits européens.

Explorer le marché marocain avec
BNP Paribas

Concrétiser vos ambitions au Maroc avec notre solution personnalisée.

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par Export Entreprises

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo Newsletters