Explorer

Explorer le marché angolais

Explorer le marché angolais

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Deuxième plus grand producteur de pétrole en Afrique, l'Angola a également le cinquième plus grand PIB d'Afrique subsaharienne. Après une longue guerre civile, le pays a affiché l'un des taux de croissance économique les plus élevés au monde, tiré par sa richesse pétrolière. L'Angola a ensuite été durement touché par la chute des prix du pétrole et par la chute de la demande mondiale (notamment de la Chine). En 2021, il est entré dans sa septième année de récession (-0,7 % du PIB), frappé par la pandémie de COVID-19, l'effondrement des prix du pétrole et les restrictions de l'accord de production de l'OPEP+, mais le secteur non pétrolier a commencé à se redresser. Selon les estimations du FMI, l'économie devrait reprendre à 2,4 % en 2022 et à 3,3 % en 2023, soutenue par la mise en œuvre des réformes structurelles prévues propices à la croissance et un secteur pétrolier en plein rebond. Une résurgence des infections à Covid-19, des troubles sociaux et des finances publiques affaiblies sont des risques potentiels à la baisse.

Déjà touchée par la baisse des revenus pétroliers depuis 2015, l'économie angolaise a été encore plus touchée par la pandémie de Covid-19 qui a éclaté en 2020. En 2021, la hausse des prix du pétrole, l'assouplissement des restrictions, la discipline politique et l'engagement en faveur des réformes ont aidé l'économie à commencer à se redresser. Outre le plan de relance destiné à faire face aux impacts sociaux de la crise, les autorités ont poursuivi le programme triennal de réformes soutenu par le FMI. Il visait à rétablir la viabilité extérieure et budgétaire, à améliorer la gouvernance et à diversifier l'économie pour promouvoir une croissance économique durable tirée par le secteur privé (FMI). La discipline budgétaire a conduit à un excédent budgétaire substantiel de 2,6 % du PIB en 2021, une tendance qui devrait se poursuivre en 2022 (2,1 % du PIB) et 2023 (2,5 % du PIB) (FMI). Bien qu'elle soit encore très élevée, la dette publique est passée d'environ 136,5 % du PIB en 2020 à 103,7 % du PIB en 2021 (FMI). Elle devrait encore baisser pour atteindre 90,8 % du PIB en 2022 et 83,3 % du PIB en 2023 (FMI). Poussée par des facteurs liés à l'offre, l'inflation a grimpé à environ 24,4 % en 2021 et devrait progressivement baisser à 14,9 % en 2022 et 9,9 % en 2023, à mesure que l'inflation alimentaire mondiale se modère et que la banque centrale maintient une politique restrictive (FMI). Le programme soutenu par le FMI a pris fin en 2021, mais les autorités angolaises restent attachées à leur plan de réformes économiques, comme en témoigne l'orientation budgétaire prudente adoptée dans le budget 2022. Parmi les nombreux défis auxquels le pays est confronté, le renforcement de la soutenabilité de la dette, la résolution des faiblesses du secteur financier, la diversification de l'économie, l'amélioration de la gouvernance et le développement du capital humain et des infrastructures devraient être des priorités essentielles (FMI).

Le président Joao Lourenço a initié de nombreuses réformes visant à réduire l'influence de la famille dos Santos sur l'économie, à améliorer la perception du climat des affaires et à sortir le pays de la crise, mais la situation sociale de l'Angola reste tendue. Les inégalités, la morosité économique et l'inflation nourrissent l'insatisfaction des populations. Seul un tiers de la population a accès à l'électricité. Le revenu par habitant augmente progressivement, en particulier dans les régions métropolitaines, mais les taux de pauvreté et de chômage restent élevés. Selon la Banque africaine de développement, la pandémie devrait exacerber le taux officiel de la pauvreté de 2019 qui était de 40,6 %. La pauvreté est plus prédominante en milieu rural (58%) qu'en milieu urbain (19%). Le taux de chômage est passé à 34 % au troisième trimestre 2020, le chômage des jeunes atteignant un sommet de 56,4 % (BAD). Selon les données de la Banque mondiale (estimation modélisée de l'OIT), le taux de chômage était de 7,7% de en 2020. La violence dans la région du Kasaï (République démocratique du Congo) a provoqué l'arrivée de plus de 30 000 réfugiés en Angola.

Sélectionnez votre pays d'intérêt :

Choisir
le bon pays cible

Identifier les meilleurs pays pour importer et exporter.

Evaluer le potentiel du marché angolais

Connaître les tendances sectorielles en Angola et évaluer vos chances de réussite sur ce pays.

Fiches thématiques :

Le contexte économique de l'Angola Le profil commercial de l'Angola Tout savoir sur les Incoterms®

Identifier les barrières à l'entrée

Respecter les réglementations en Angola et vérifier les droits d’entrée sur ce pays.

Explorer le marché angolais avec
BNP Paribas

Concrétiser vos ambitions en Angola avec notre solution personnalisée.

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par Export Entreprises

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo Newsletters