Explorer

drapeau Bhoutan Bhoutan : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

L'économie du Bhoutan, l'une des plus petites et des moins développées du monde, repose sur l'agriculture et la sylviculture. Cependant, la principale source de revenus est la vente d'électricité à l'Inde. Le pays a connu une croissance soutenue grâce au développement du secteur hydroélectrique et au dynamisme du secteur touristique. L'économie du Bhoutan a connu une croissance annuelle moyenne rapide de 7 % entre 1988 et 2018 (Banque asiatique de développement, 2023). L'économie a subi des impacts significatifs d'une série de chocs externes, notamment la pandémie de COVID-19 et les retombées mondiales de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Selon la Banque mondiale, l'économie a progressé de 4,6 % au cours de l'exercice 22/23, sous l'effet de la réouverture des frontières au tourisme en septembre 2022. Le secteur industriel a progressé de 5,1 %, grâce à l'augmentation des activités de construction et de fabrication, bien que le secteur de l'électricité ait connu une contraction. Le secteur des services a connu une croissance de 5,0 %, soutenue par les services liés au transport et au commerce, ce qui a entraîné une augmentation des opportunités d'emploi, en particulier dans les hôtels et les restaurants. Toutefois, les arrivées de touristes sont restées inférieures aux niveaux antérieurs à la crise du COVID-19, en raison de l'affaiblissement de la confiance des consommateurs au niveau mondial et de la mise en œuvre de la nouvelle loi sur les taxes touristiques. Le taux de croissance du PIB réel projeté devrait baisser à 4 % au cours de l'exercice 23/24. Toutefois, la croissance devrait être soutenue par l'augmentation des services liés au tourisme (Banque mondiale).

Les mesures de lutte contre la pandémie et la baisse des recettes publiques ont entraîné des déficits budgétaires importants et une augmentation de la dette publique. Des vulnérabilités persistent dans le secteur financier, en grande partie en raison d'un niveau élevé de prêts non productifs. Pour stimuler la transformation numérique et la diversification économique, la société holding d'État - Druk Holding and Investments - s'est lancée dans des opérations d'extraction de cryptomonnaies. Toutefois, cette initiative a entraîné un épuisement considérable des réserves internationales et une expansion du déficit des comptes courants (CAD) en raison de l'augmentation des importations d'équipements de technologie de l'information (IT). Le déficit budgétaire a diminué, passant de 7,7 % du PIB au cours de l'exercice 21/22 à 5,1 % au cours de l'exercice 22/23, grâce à l'augmentation des recettes intérieures et à la réduction des dépenses d'investissement. Les recettes totales ont augmenté en raison de la hausse des recettes hors hydroélectricité, ce qui témoigne de la reprise progressive des secteurs de l'industrie et des services. Le déficit budgétaire devrait atteindre 6,1 % du PIB au cours de l'exercice 23/24, sous l'effet d'une forte augmentation des dépenses courantes à la suite d'une hausse substantielle des salaires visant à remédier à l'attrition notable du personnel. Bien que l'on s'attende à une augmentation des recettes fiscales, celle-ci sera compensée par une réduction des transferts de bénéfices de l'hydroélectricité et des subventions extérieures. Bien que la dette hydroélectrique diminue, la dette publique devrait rester élevée en proportion du PIB à moyen terme en raison de la persistance de déficits budgétaires élevés. Les risques pour la viabilité de la dette devraient rester modérés, principalement parce qu'une part importante de la dette est liée à des prêts pour des projets hydroélectriques accordés par l'Inde, qui comportent de faibles risques de refinancement et de taux de change. L'inflation moyenne est passée de 5,9 % au cours de l'exercice 21/22 à 4,6 % au cours de l'exercice 22/23, principalement en raison d'un ralentissement de l'inflation des denrées alimentaires importées. Toutefois, l'inflation non alimentaire est restée élevée (5,9 %), s'alignant sur les tendances des prix en Inde (d'où proviennent 70 % des importations du Bhoutan et où le BTN est rattaché à l'INR). L'inflation devrait rester élevée à court terme en raison de la hausse des prix des importations, avant de se modérer à moyen terme. Le Bhoutan est également le premier pays à utiliser l'indice du bonheur national brut pour mesurer le bien-être de sa population non seulement sur la base d'indicateurs économiques, mais aussi sur d'autres facteurs résumés dans les quatre piliers du bonheur national brut : le développement socio-économique durable et équitable, la conservation de l'environnement, la préservation et la promotion de la culture, et la bonne gouvernance.

Le Bhoutan est classé par la Banque mondiale parmi les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et a connu une expansion économique rapide qui a entraîné une réduction substantielle de la pauvreté au cours des deux dernières décennies. Avec une croissance annuelle moyenne du PIB réel de 7,5 % depuis les années 1980, tirée par l'industrie hydroélectrique dirigée par le secteur public et des performances solides dans les services tels que le tourisme, des progrès significatifs ont été accomplis. L'extrême pauvreté, définie comme le fait de vivre avec moins de 2,15 USD par jour, a été éradiquée d'ici 2022. En outre, la proportion de la population vivant sous le seuil de pauvreté de 6,85 USD/jour pour les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure a diminué de 39,5 % à 8,5 % entre 2017 et 2022. Cette baisse peut être attribuée à l'amélioration de la productivité du travail et de l'agriculture, à l'augmentation des revenus et des envois de fonds, ce qui se traduit par une augmentation de la consommation réelle par habitant, en particulier dans les zones rurales. L'indice de Gini, qui mesure l'inégalité des revenus, est passé de 37 en 2017 à 28 en 2022 (Banque mondiale, dernières données disponibles). Cependant, malgré ces progrès, la vulnérabilité à la pauvreté et aux inégalités spatiales reste un défi important. En 2022, le taux de chômage des jeunes, qui était déjà élevé avant la pandémie, atteindra 29 %, tandis que le taux de chômage général s'élèvera à 6 % en 2023. Le taux de pauvreté devrait diminuer légèrement pour atteindre 0,4 % et 7,9 % en 2023, sur la base de seuils de 3,65 USD/jour et 6,85 USD/jour, respectivement. Néanmoins, environ 7 % de la population restera vulnérable à la pauvreté (Banque mondiale).

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 2,652,692,863,093,37
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 4,85,33,04,65,5
PIB par habitant (USD) 3.4923.5003.6923.9544.262
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 127,3123,4122,8121,3117,3
Taux d'inflation (%) n/a5,24,44,64,1
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,85-0,79-0,35-0,10-0,33
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -31,9-29,4-12,3-3,2-9,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Ngultrum du Bhoutan (BTN) - Taux de change annuel moyen pour 1 EUR 71,4873,5680,6979,1084,64

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 56,0 10,1 33,9
Valeur ajoutée (en % du PIB) 19,2 34,2 44,0
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 2,1 2,0 6,3

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
Indicateurs socio-économiques 2024 (e)2025 (e)2026 (e)
Taux de chômage (%) 0,00,00,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database - Dernières données disponibles

 

Retour vers le haut

La population active en chiffres

201820192020
Population active 374.905383.196378.371

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 69,35%69,71%70,04%
Taux d'activité des hommes 75,81%76,25%76,69%
Taux d'activité des femmes 61,90%62,13%62,31%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
58,3/100
Rang mondial :
109
Rang régional :
22

Liberté Economique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
3/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
65/180

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Bhutan Broadcast Service
Daily Bhutan
Kuensel Online
The Bhutanese
Bhutan News Network
Profil pays de la BBC, Bhoutan
Les ressources utiles
Ministère des Finances
Ministère de l'industrie, du commerce et de l'emploi
Autorité monétaire Royale
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2024

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par eexpand.

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo