Explorer

drapeau Kenya Kenya : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Le Kenya a connu une décennie de forte croissance économique qui lui a permis d'accéder au statut de pays à revenu intermédiaire. Son économie est l'une des plus dynamiques d'Afrique subsaharienne et la croissance n'a été que partiellement affectée par la pandémie de grippe aviaire, le PIB se contractant de 0,3 %. Le pays a retrouvé le chemin de la croissance en 2021 (7,5 %) et en 2022 (4,8 % selon les estimations du FMI), avec une accélération à environ 5 % en 2023 grâce à une reprise de l'agriculture, après deux années consécutives de baisse de la production, ainsi qu'à la force et à la résilience soutenues du secteur des services. Toutefois, l'industrie manufacturière a été confrontée à des difficultés liées à la hausse des coûts de production et à l'augmentation des coûts des intrants et des emprunts. Le climat des affaires s'est détérioré en raison de divers facteurs, notamment les tensions politiques, l'affaiblissement de la monnaie et le ralentissement de l'économie mondiale. En conséquence, l'activité industrielle s'est ralentie, ce qui a modéré la croissance du secteur des services. Le FMI prévoit que le PIB réel augmentera d'environ 5,3 % en 2024 et 2025, en partie grâce aux investissements du secteur privé et à une reprise de la consommation privée.

En ce qui concerne les finances publiques, le besoin de financement extérieur souverain du Kenya a bondi au cours de l'exercice fiscal se terminant en juin 2024 (FY24) pour atteindre environ 5,5 milliards USD (5,4 % du PIB), contre 2,6 milliards USD en FY23 (2,8 % du PIB), principalement en raison de l'augmentation du remboursement du principal, y compris le remboursement d'un euro-obligation de 2 milliards USD prévu pour juin 2024. Un taux de change plus faible, en baisse d'environ 4 % par rapport au dollar américain depuis le début de l'exercice 24, exacerbe les problèmes de service de la dette, la moitié de la dette publique étant libellée en devises étrangères. Fitch prévoit que le gouvernement s'acquittera de ses obligations de financement au cours de l'exercice 24 grâce à une combinaison de prêts officiels et d'emprunts commerciaux. Les contraintes de financement extérieur ont accru la dépendance du gouvernement à l'égard du financement intérieur, ce qui a entraîné une hausse des coûts d'intérêt. Le déficit budgétaire du gouvernement s'est contracté à 5,6 % du PIB au cours de l'exercice 23, contre 6,2 % au cours de l'exercice 22. Malgré les pressions persistantes sur les dépenses et les obstacles juridiques aux efforts de réforme des recettes, le gouvernement vise à maintenir l'assainissement budgétaire au cours de l'exercice 24, Fitch prévoyant un déficit budgétaire de 5,2 % du PIB, suivi de 4,4 % au cours de l'exercice 25, à mesure que les réformes des recettes prennent de l'ampleur grâce à des mesures fiscales et non fiscales, accompagnées d'une réduction marginale des dépenses. La sous-performance persistante du recouvrement des recettes et les pressions importantes sur les dépenses ont entraîné une augmentation de la dette publique ces dernières années, le ratio dette/PIB passant de 67,6 % un an plus tôt à 71,8 % au cours de l'exercice 23. À la fin de l'exercice 23, près de la moitié de la dette publique était libellée en devises étrangères, ce qui l'exposait au risque de change. La dette publique devrait encore augmenter au cours de l'exercice 24 pour atteindre 73,8 % du PIB, en partie à cause de la dépréciation de la monnaie. Toutefois, on s'attend à une légère baisse au cours de l'exercice 25, car les réformes des recettes prennent effet et la croissance du PIB reste robuste (Fitch Ratings). Le ralentissement des prix des denrées alimentaires, associé à la hausse de 175 points de base du taux directeur de la Banque centrale du Kenya (CBK) en juin 2023, a contribué à ramener le taux d'inflation dans la fourchette cible de la CBK en juillet 2023. Cependant, en novembre 2023, l'inflation reste élevée à 6,8 %, vers la limite supérieure de la fourchette cible de la CBK. Cette situation est en partie attribuée à l'augmentation des tarifs de l'électricité et à la mise en œuvre d'une TVA de 16 % sur les produits pétroliers. En décembre 2023, la CBK a encore relevé le taux directeur de 200 points de base pour le porter à 12,5 % (Banque mondiale).

Le taux de chômage était estimé à 5,6 % en 2022 (Banque mondiale). La population active totale du Kenya devrait augmenter de 40,6 % pour atteindre 40,4 millions de personnes d'ici 2035. Les données du Bureau national des statistiques du Kenya (KNBS) indiquent que le pays comptera 11,7 millions de personnes supplémentaires sur le marché du travail d'ici 2035, ce qui pourrait entraîner une hausse du chômage dans une économie qui ne crée pas suffisamment d'emplois pour les jeunes qui quittent l'école et les diplômés de l'enseignement supérieur. Globalement, le PIB par habitant (PPA) du pays a été estimé à 5 765 USD en 2022 par la Banque mondiale. Le taux de pauvreté s'élève à 38,6 %, soit un niveau supérieur à celui d'avant la pandémie, car les ménages pauvres et ruraux n'ont pas autant participé à la reprise économique du Kenya. Le récent ralentissement de la réduction de la pauvreté, associé à un accès inégal à l'éducation et à d'autres opportunités, à une faible création d'emplois et à une croissance constamment faible de la productivité, souligne la nécessité d'une stratégie de croissance inclusive. Une telle stratégie vise à favoriser une croissance plus large des revenus et à améliorer le pouvoir d'achat dans l'ensemble de la société.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 113,70112,75115,08122,39130,14
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 4,85,05,35,35,4
PIB par habitant (USD) 2.2452.1882.1942.2942.398
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 68,470,268,366,765,0
Taux d'inflation (%) n/a7,76,65,45,4
Balance des transactions courantes (milliards USD) -5,86-5,49-5,64-6,29-6,63
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -5,1-4,9-4,9-5,1-5,1

Source : FMI - World Economic Outlook Database, October 2021

Les principaux secteurs économiques

Le Kenya est particulièrement avancé dans le secteur des services et a été à l'origine d'innovations adoptées sur tout le continent (par exemple, il a été le premier pays à vendre des obligations d'État par le biais de téléphones mobiles). Il est également le troisième producteur de thé et le premier exportateur (en volume) au monde, le 8e producteur de haricots secs, le 15e producteur d'oléagineux et figure parmi les 20 plus grands exportateurs de café (FAO). Le secteur primaire représente 21,2 % du PIB kenyan et emploie 33 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale, dernières données disponibles), faisant de l'agriculture et de l'horticulture les deux plus grands secteurs de l'économie nationale. Le café, le blé, la canne à sucre, les fruits et les légumes figurent parmi les principales cultures, et les produits laitiers, le bœuf, le poisson, le porc, la volaille et les œufs sont les principaux produits d'origine animale. Le pays exporte du thé, du café, des fleurs coupées et des légumes. Selon la Banque mondiale, l'agriculture a connu une croissance de 6,9 % en glissement annuel au cours du premier semestre 2023, se redressant après une contraction combinée de 2 % au cours de la période 2021-2022.

L'industrie représente 17,7 % du PIB et n'emploie que 16 % de la population active. Bien que le pays dispose de peu de ressources minérales, certains minéraux de grande valeur, comme le titane, présentent un potentiel considérable. En outre, le Kenya pourrait devenir un producteur de pétrole et de gaz dans les années à venir, de nouveaux gisements de pétrole (avec un potentiel de 750 millions de barils) ayant été découverts à la suite du forage de puits d'exploration dans le comté de Turkana (nord-ouest). Le secteur manufacturier, estimé à 8 % du PIB, avec comme principal sous-secteur la transformation des produits agricoles, a connu une décélération au premier semestre 2023, avec une croissance de 1,7 % en glissement annuel, contre 3,7 % observés à la même période en 2022 (Banque mondiale).

Le secteur des services contribue à 54,4 % du PIB et emploie 39 % de la population active. Le tourisme, secteur clé de l'économie kenyane, a été touché par plusieurs attaques terroristes menées par le groupe Al-Shabab depuis 2013. Selon une mise à jour des performances de l'Office du tourisme du Kenya, le nombre total d'arrivées au Kenya a bondi à 1,75 million en 2023, marquant une augmentation par rapport aux 1,48 million enregistrés en 2022. Le ministère du Tourisme et de la Faune a étudié que les recettes du secteur ont également augmenté pour atteindre environ 2,06 milliards USD. Les secteurs des technologies de l'information et des communications sont en pleine expansion et l'industrie de la construction est très dynamique. Le rythme de croissance des transports, de la médecine, de l'éducation et des services financiers fait du Kenya une plaque tournante régionale. En outre, Mombasa est le troisième port d'Afrique.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 33,0 15,7 51,2
Valeur ajoutée (en % du PIB) 21,2 17,7 55,1
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -1,6 3,9 6,7

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles. En raison de l'arrondi, la somme des pourcentages peut être inférieure ou supérieure à 100%.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.}}

Note :
54,9/100
Rang mondial :
138
Rang régional :
28

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
4.58/10
Rang mondial :
75/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
 

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère des Finances
Ministère du Tourisme
Ministère de la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE), du Travail et de la Protection Sociale
Ministère de l'agriculture et du développement de l'élevage
Ministère du pétrole et des mines
Ministère des routes et des transports
Ministère de l'investissement, du commerce et de l'industrie
Ministère de l'énergie et du pétrole
L'office de statistique
Bureau Kenyan des Statistiques
La banque centrale
Banque Centrale
Les places boursières
Nairobi Securities Exchange
Les portails économiques
Kenya Moja
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2024

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par eexpand.

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo