Explorer

drapeau Macédoine du Nord Macédoine du Nord : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

La Macédoine du Nord est la plus pauvre des anciennes républiques yougoslaves ; cependant, elle a fait des progrès significatifs dans l'expansion de son économie au cours de la dernière décennie : Le PIB a augmenté en moyenne de 5 % par an entre 2004 et 2008, principalement grâce à la consommation intérieure et aux exportations (notamment de métaux et de produits textiles). Toutefois, après une reprise timide à la suite de la pandémie, la croissance économique s'est ralentie en raison de l'affaiblissement de la demande extérieure et d'une plus grande retenue de la consommation des ménages. Les dernières estimations du FMI font état d'une croissance du PIB de 2,3 %, sous l'effet d'une baisse de la demande extérieure et d'un ralentissement de l'investissement. Les entrées nettes d'IDE devraient renforcer la capacité d'exportation, tandis que la reprise de la croissance chez les principaux partenaires commerciaux soutiendra davantage la croissance réelle, qui atteindra 3,2 % en 2024 et 3,5 % en 2025.

Bien que confrontées à des coûts d'emprunt élevés et à de nouveaux engagements de dépenses, les finances publiques ont été partiellement soulagées par une réaffectation budgétaire en septembre, qui a permis de faire face à des dépenses supplémentaires sans dépasser l'objectif de déficit pour l'ensemble de l'année. Le gouvernement a augmenté la pension minimale et approuvé une nouvelle hausse de 10 % des salaires du secteur public à partir de septembre, ajoutant environ 0,2 % du PIB aux dépenses courantes projetées pour 2023. Les recettes, stimulées par la persistance d'une forte inflation, sont freinées par la faiblesse de la demande intérieure. Toutefois, l'adoption par le Parlement d'une taxe de solidarité exceptionnelle en septembre devrait augmenter les recettes de 2023 de 0,6 % du PIB. Globalement, le déficit public devrait augmenter légèrement en 2023 par rapport à 2022 (estimé à 4,5 % du PIB par Fitch Ratings). Si les mesures d'assainissement budgétaire prévues, notamment la suppression progressive des subventions à l'énergie, sont mises en œuvre, le déficit budgétaire devrait diminuer progressivement en 2024 (3,8 % du PIB) et 2025 (3,5 %), même s'il restera nettement supérieur au niveau prépandémique de 2,2 % du PIB en 2019. La dette publique - qui s'élevait à 51,6 % l'année dernière selon le FMI - devrait rester supérieure à 50 % du PIB à moyen terme en raison de déficits primaires élevés et de paiements d'intérêts croissants. L'inflation annuelle des prix à la consommation, qui a culminé à 19,8 %, a progressivement diminué mais est restée élevée, s'établissant en moyenne à environ 9 % en 2023. Les effets d'entraînement persistants des récents pics des prix de l'énergie et des denrées alimentaires ont affecté les secteurs intérieurs. Toutefois, l'inflation devrait retomber à la moyenne à long terme de 2 % d'ici 2025. La banque centrale a continué à relever le taux directeur au cours des neuf premiers mois de 2023, bien qu'à un rythme plus lent, atteignant 6,3 % en septembre (données de la Commission de l'UE). Alors que les négociations d'adhésion à l'UE ont rencontré des obstacles en raison du différend historique de la Grèce sur le nom du pays, l'UE et les autorités grecques ont félicité le parlement de la Macédoine du Nord d'avoir changé ce nom en République de Macédoine du Nord. En mars 2020, le Conseil des affaires générales de l'UE a accepté d'entamer des négociations d'adhésion avec la Macédoine du Nord, et le projet de cadre de négociation a été présenté aux États membres en juillet 2020. Cependant, le refus du gouvernement bulgare d'approuver le cadre de négociation de l'UE en novembre 2020 a bloqué le processus d'adhésion de la Macédoine du Nord en raison de la lenteur des progrès dans la mise en œuvre du traité d'amitié de 2017. Cet obstacle a été surmonté en juillet 2022 après la signature d'un protocole bilatéral entre la Macédoine du Nord et la Bulgarie. Néanmoins, avant que les négociations formelles d'adhésion ne commencent, la Macédoine du Nord doit modifier sa Constitution pour reconnaître les Bulgares parmi les pays bâtisseurs énumérés dans son préambule.

La faible participation au marché du travail, en particulier chez les femmes et les jeunes travailleurs, a contribué à une réduction continue de la population active et à une baisse du taux de chômage. Selon la Commission européenne, l'emploi devrait augmenter régulièrement au cours de la période de prévision, bien qu'à un rythme modéré (d'un taux de chômage de 14 % en 2023 à 14 % en 2025). Bien que la croissance de l'emploi dans l'industrie manufacturière soit restée modérée en 2023 en raison d'une accumulation de stocks affectant la production actuelle, les secteurs des services, notamment le commerce, devraient être à l'origine de la majorité des créations d'emplois. Par conséquent, le taux de chômage devrait continuer à diminuer à mesure que la population active se contracte. Cependant, une grande partie de la main-d'œuvre est employée dans l'économie informelle, de sorte que le niveau exact du chômage est difficile à évaluer. Selon les derniers chiffres d'Eurostat, environ un tiers des citoyens de Macédoine du Nord vivent en dessous du seuil de pauvreté ou sont menacés de pauvreté et d'exclusion sociale. Le PIB par habitant du pays (PPA) a été estimé à 20 162 USD en 2022 par la Banque mondiale ; néanmoins, le ratio de revenu entre les 20 % les plus riches et les 20 % les plus pauvres de la population est plus de huit fois supérieur, ce qui en fait le plus élevé de l'UE.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 13,5915,8017,4318,4519,54
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 2,12,53,23,53,5
PIB par habitant (USD) 6.6007.6728.4638.9579.489
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 52,151,650,451,150,7
Taux d'inflation (%) n/a10,04,32,22,0
Taux de chômage (% de la population active) 14,414,314,114,013,9
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,81-0,52-0,57-0,56-0,56
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -6,0-3,3-3,3-3,0-2,9

Source : FMI - World Economic Outlook Database, October 2021

Les principaux secteurs économiques

La République de Macédoine du Nord (anciennement connue sous le nom d'ARYM) s'est traditionnellement appuyée sur le secteur agricole, qui représente aujourd'hui 7,2 % du PIB et emploie 14 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles). Selon les chiffres du PNUD, le secteur agricole de la Macédoine du Nord est très rentable, notamment grâce aux nombreuses subventions gouvernementales (la majeure partie du budget agricole est constituée de paiements directs pour la production agricole et le développement rural). Les cultures sont concentrées dans les régions du sud et de l'est du pays, bénéficiant d'un climat favorable. Les principales cultures légumières sont les pommes de terre, les haricots, les poivrons et les tomates, tandis que les principales cultures fruitières sont les pommes, les prunes, les pêches et les poires. Le tabac est le principal produit agricole d'exportation. Les terres agricoles arables représentent la moitié du territoire total, dont environ deux tiers sont classés comme pâturages et le reste comme terres agricoles arables. Selon les données de l'Office national des statistiques, les terres cultivées en 2022 couvraient une superficie de 514 436 hectares.

Le secteur industriel représente 22,9 % du PIB et emploie 30 % de la population active. Il comprend les produits chimiques, l'acier, les machines et les textiles. Le secteur textile constitue la deuxième industrie principale du pays après la métallurgie (en particulier l'industrie du cuir), la production textile ayant atteint un niveau record au cours des deux dernières décennies. Le secteur automobile connaît un développement dynamique et une importance croissante pour l'économie du pays. Le secteur manufacturier contribue à lui seul à près de 13 % du PIB (Banque mondiale). Selon les données de l'office statistique du pays, la production industrielle de la Macédoine du Nord a augmenté de 0,7 % en 2023 par rapport à l'année précédente. Alors que l'industrie manufacturière a diminué de 0,1 % et l'industrie minière de 1,6 %, le secteur des services publics a augmenté de 13 %.

Le secteur tertiaire représente 58,8 % du PIB et emploie 60 % de la main-d'œuvre totale. Les principales sources de revenus proviennent des transports, des télécommunications et de la production d'énergie. L'industrie des technologies de l'information et de la communication est le secteur de l'économie macédonienne qui connaît la croissance la plus rapide. Le secteur bancaire est autofinancé et stable, et il est composé de 17 institutions (quinze banques et deux caisses d'épargne - Fédération bancaire européenne). Le commerce, le transport et le tourisme ont été parmi les secteurs les plus touchés par la crise du COVID-19 ; cependant, en 2023, le nombre de touristes étrangers qui ont visité la Macédoine du Nord a atteint environ 734 000, soit une augmentation de 37,8 % par rapport à l'année précédente.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 10,8 30,8 58,4
Valeur ajoutée (en % du PIB) 8,1 22,9 58,8
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 2,0 -4,3 4,7

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles. En raison de l'arrondi, la somme des pourcentages peut être inférieure ou supérieure à 100%.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.}}

Note :
68,6/100
Rang mondial :
46
Rang régional :
27

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
 

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère des finances
Ministère de la Justice
Ministère de l'économie
Ministère de l'agriculture
Ministère du travail et des affaires sociales
L'office de statistique
Bureau national des statistiques
La banque centrale
Banque nationale de la République de Macédoine du Nord
Les places boursières
Bourse Macédonienne
Les portails économiques
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2024

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par eexpand.

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo