Explorer

drapeau Nigéria Nigéria : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Première économie d'Afrique, le Nigeria - en concurrence étroite avec l'Afrique du Sud - compte plus de 230,8 millions d'habitants (CIA). Il est la 39e économie mondiale en termes de PIB. Cependant, l'économie nigériane est fortement dépendante du pétrole et est donc très vulnérable aux fluctuations des prix et de la production de pétrole brut. Si au cours de la dernière décennie, la croissance économique a atteint 2,5 % en moyenne, la pandémie de Covid-19 et la chute des prix du pétrole ont entraîné une contraction de l'économie en 2020. Néanmoins, la croissance économique a rebondi en 2021 (+3,3 %) et 2022 (+2,9 %) grâce au dynamisme du secteur des services et à l'augmentation des recettes provenant des exportations de pétrole et de gaz. Selon le FMI, la croissance du PIB a atteint 2,8 % en 2023, ce qui est légèrement inférieur à la dynamique de croissance de la population. L'amélioration de la production pétrolière et les meilleures récoltes attendues au second semestre sont des indicateurs positifs pour la croissance du PIB en 2024, prévue à 3,2 %. Cependant, des défis tels que l'inflation élevée, la faiblesse du naira et le resserrement des politiques devraient constituer des obstacles.

Le nouveau gouvernement a pris ses fonctions dans un contexte économique difficile, caractérisé par une croissance atone, une faible collecte de recettes, une inflation galopante et des déséquilibres extérieurs persistants accumulés au fil des ans. Des améliorations encourageantes ont été observées récemment dans la collecte des recettes et la production pétrolière. Toutefois, la mobilisation limitée des recettes du Nigeria continue d'entraver la capacité du gouvernement à faire face aux chocs de manière efficace et à favoriser un développement durable à long terme. La collecte des recettes non pétrolières a connu une amélioration modeste de 0,8 % du PIB en 2023, en partie attribuée à la dépréciation du naira. Fitch prévoit que le déficit budgétaire se réduira de 0,2pp en 2023, atteignant 5,2 % du PIB, car la croissance robuste des recettes non pétrolières et la suppression des subventions aux carburants ont été contrebalancées par des dépenses d'investissement élevées et des bénéfices pétroliers plus faibles que prévu de la part de la Nigerian National Petroleum Corporation Limited. Une augmentation de 1,1 % en pourcentage des recettes publiques est prévue pour la période 2023-2025, pour un total de 8,5 % du PIB, grâce à l'intensification des initiatives gouvernementales visant à accroître les recettes fiscales non pétrolières. Cela a soutenu la prévision d'une contraction du déficit budgétaire/PIB à 5,0 % et 4,6 % en 2024 et 2025, respectivement. Le ratio dette/PIB a été estimé à 38,8 % en 2023 par le FMI, avec des perspectives relativement stables sur l'horizon de prévision. La dette publique du Nigeria (à l'exclusion des prêts de la CBN) a conservé une échéance moyenne relativement longue de 9,7 ans. La titrisation de 23 000 milliards NGN de prêts de la CBN à un taux d'intérêt réduit de 9 % a contribué à la gestion des charges d'intérêt des administrations publiques. Cependant, avec des dépenses d'intérêt atteignant près de 42 % des recettes, la charge d'intérêt globale reste élevée (Fitch Ratings). L'inflation intrinsèquement élevée du Nigéria a encore bondi, atteignant en moyenne 25,5 % en glissement annuel au troisième trimestre 2023, contre 20,3 % au cours de la période correspondante de 2022. Cette hausse est en partie attribuée à la suppression des subventions aux carburants et à la dévaluation du naira. Fitch prévoit une baisse de l'inflation à 21,1% en 2024, contre une moyenne de 24,8% en 2023, soutenue par une réduction de la monétisation du déficit. Dans l'ensemble, la consolidation budgétaire, la diversification économique, la croissance inclusive et les questions de sécurité sont les principales priorités. Les principaux obstacles au développement du Nigeria sont l'approvisionnement énergétique inadéquat, les infrastructures de transport déficientes, le système judiciaire inefficace, la corruption généralisée, ainsi que l'inflation élevée. L'écart entre la valeur officielle du naira et sa valeur sur le marché noir est important et le système bancaire est fragilisé par la détérioration de la qualité des actifs.

Malgré le dynamisme du pays, le véritable défi pour le Nigeria est le risque d'explosion démographique : selon les Nations Unies, la population du Nigeria pourrait atteindre 730 millions d'habitants en 2100. Les inquiétudes concernant ce boom potentiel sont exacerbées par le fait que la moitié des habitants vivent sous le seuil de pauvreté, que les pandémies sévissent (VIH, tuberculose), que la mortalité infantile est élevée et que le pays est confronté à d'importantes inégalités. Selon le Bureau nigérian des statistiques, le taux de chômage s'élevait à 5 % en 2023 ; toutefois, une forte proportion de la main-d'œuvre active est sous-employée ou employée dans le secteur informel. Le PIB global par habitant a été estimé à 5 884 USD en 2022 par la Banque mondiale, mais environ 8 % des Nigérians sont considérés comme étant en situation d'insécurité alimentaire (FMI).

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 477,38390,00394,94458,00524,05
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 3,32,93,13,13,1
PIB par habitant (USD) 2.2021.7551.7341.9632.192
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 39,638,841,340,340,1
Taux d'inflation (%) n/a25,123,014,714,5
Taux de chômage (% de la population active) 0,00,00,00,00,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) 1,022,822,351,460,92
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 0,20,70,60,30,2

Source : FMI - World Economic Outlook Database, October 2021

Les principaux secteurs économiques

L'économie nigériane est dominée par le pétrole brut, qui représente la moitié des recettes publiques et plus de 75 % des recettes d'exportation totales du pays (Coface). Le Nigeria fait partie des dix premiers exportateurs de pétrole et ses réserves sont estimées à 37 milliards de barils (OPEP). Le pays est également devenu l'un des principaux exportateurs de gaz naturel liquéfié, qui représente 13 % supplémentaires des exportations (ITC). Le pays extrait également du minerai d'étain et du charbon pour son usage domestique. Les autres ressources naturelles comprennent le minerai de fer, le calcaire, le niobium, le plomb, le zinc et les terres arables.
Un autre secteur clé de l'économie nigériane est l'agriculture, qui emploie 38 % de la main-d'œuvre et contribue à environ 23,7 % du PIB (Banque mondiale). La production agricole au Nigeria est dominée par les cultures vivrières telles que le manioc, l'igname, le maïs, le riz, le sorgho et le millet, qui sont principalement cultivées par de petits agriculteurs. Les autres cultures importantes du pays sont le cacao, l'huile de palme, le caoutchouc, l'arachide et le coton. Le Nigeria est le premier producteur mondial de manioc et le troisième producteur de tomates et d'arachides. Le sous-secteur de l'élevage au Nigeria comprend la production de bovins, d'ovins, de caprins, de porcins et de volailles. Le secteur est également caractérisé par de petits exploitants, et la production est principalement destinée à la subsistance et à des fins commerciales. L'agriculture nigériane est principalement axée sur l'agriculture de subsistance. Selon le Bureau national des statistiques (NBS), le secteur agricole a progressé de 1,13 % en 2023 en termes réels, contre un taux de croissance de 1,88 % enregistré en 2022.

Le secteur industriel représente 30,8 % du PIB et emploie 15 % de la population active. Le sous-secteur le plus important du pays est l'industrie pétrolière, qui souffre actuellement de vols de pétrole qui coûteraient au pays des revenus potentiels évalués à 11 milliards USD. D'importantes pertes de pétrole sont également enregistrées à la suite de déversements de pétrole. La contribution annuelle totale du pétrole au PIB global était de 5,48 % au T3/2023 2022 (données NBS). Le sous-secteur manufacturier est la composante la plus importante du secteur industriel du Nigeria et comprend la production de textiles, d'aliments et de boissons, de produits chimiques, de ciment, de papier et d'automobiles. Cependant, le secteur est confronté à des défis tels que des infrastructures inadéquates, des coûts de production élevés et un accès limité au financement et aux matières premières. Globalement, on estime que le secteur manufacturier représente 14 % du PIB (Banque mondiale). L'industrie de la construction au Nigeria contribue également de manière significative au secteur industriel, en raison de la demande de nouvelles infrastructures, de logements et de bâtiments commerciaux. Le secteur a connu une croissance rapide ces dernières années et le gouvernement a investi dans des projets d'infrastructure tels que des routes, des aéroports et des chemins de fer pour soutenir son développement.

Les services représentent 44 % du PIB et emploient 47 % de la population. Les secteurs financiers, en particulier les télécommunications et la vente au détail, sont très dynamiques. Le sous-secteur de la finance est une composante importante du secteur des services du Nigeria, grâce à la croissance de l'industrie bancaire, de l'assurance et des marchés de capitaux. Le secteur bancaire nigérian est l'un des plus importants et des plus sophistiqués d'Afrique, avec des banques locales et internationales opérant dans le pays. Le tourisme est également un secteur important, mais il se heurte à la faiblesse de l'approvisionnement en électricité, à l'insuffisance des infrastructures routières et à la mauvaise qualité de l'eau. Pour relever les défis auxquels est confronté le secteur des services, le gouvernement nigérian a mis en œuvre diverses politiques et initiatives telles que la politique et la stratégie nationales en matière d'économie numérique, le plan directeur de développement du tourisme nigérian et la réforme du service postal nigérian. Ces initiatives visent à promouvoir la numérisation, à améliorer les infrastructures, à accroître la productivité et à créer des opportunités d'emploi.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 35,2 12,7 52,1
Valeur ajoutée (en % du PIB) 23,7 30,8 44,0
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 1,9 -4,6 6,7

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles. En raison de l'arrondi, la somme des pourcentages peut être inférieure ou supérieure à 100%.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.}}

Note :
58,7/100
Rang mondial :
105
Rang régional :
13

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
3.86/10
Rang mondial :
78/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
 

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère des finances
Ministère de l'industrie, du commerce et de l'investissement
L'office de statistique
Bureau national des statistiques
La banque centrale
Banque Centrale
Les places boursières
Bourse du Nigeria
Les portails économiques
Proshare Nigeria
Nigeria Galleria
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2024

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par eexpand.

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo