Explorer

drapeau Togo Togo : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Malgré un contexte régional et des circonstances internationales difficiles, le Togo affiche une croissance robuste, propulsée par une forte demande intérieure et des investissements publics et privés soutenus. En 2023, la croissance est estimée à 5,4 %. Toutefois, ce chiffre marque un ralentissement par rapport aux 5,8 % enregistrés en 2022, reflétant la transition du gouvernement d'une politique budgétaire expansionniste à une approche plus modérée. La croissance économique devrait se stabiliser à 5,3 % cette année et en 2025, les nouvelles mesures d'assainissement budgétaire étant compensées par une augmentation des dépenses de consommation et des investissements privés.

En ce qui concerne les finances publiques, la lenteur de la mise en œuvre des investissements publics prévus et les réductions de dépenses supplémentaires proposées dans le budget révisé de 2023 ont conduit à une réduction du déficit budgétaire à 5,8 % du PIB, contre 8,3 % en 2022 (Banque mondiale). En décembre 2023, les services du FMI et les autorités togolaises ont conclu un accord au niveau des services sur les politiques et réformes économiques. Cet accord sera soutenu par un nouvel accord de 42 mois au titre de la facilité élargie de crédit (FEC), d'un montant d'environ 390 millions USD. L'objectif est de répondre aux besoins urgents en matière de dépenses, notamment en raison de l'escalade des problèmes de sécurité, et de soutenir la stabilité et l'inclusion sociale. Les réformes primaires visent à réduire le déficit budgétaire à 3 % du PIB d'ici 2025, tout en préservant les dépenses susceptibles de favoriser la croissance et d'améliorer l'inclusion économique. La stratégie budgétaire dépend en partie de la mise en œuvre de mesures visant à accroître la mobilisation des ressources intérieures de 0,5 % du PIB par an. En outre, les autorités rationaliseront les dépenses publiques. La dette publique a augmenté pour atteindre 67,2 % du PIB en 2023 et devrait suivre une tendance à la baisse au cours de la période de prévision, pour s'établir à 66 % en 2025 (FMI). Parallèlement, l'inflation devrait passer de 5 % en 2023 à 2,8 % en 2024 grâce au soutien du pouvoir d'achat par le gouvernement.

En 2022, le taux de chômage dans le pays était de 3,8 % (Banque mondiale, estimation de l'OIT). Le taux de pauvreté devrait diminuer pour atteindre 24,8 % en 2025, ce qui représente une baisse significative par rapport au taux estimé à 28,4 % en 2022 (Banque mondiale). Les taux de pauvreté sont plus élevés dans les ménages dirigés par des femmes (45,7 %) que dans ceux dirigés par des hommes (45,2 %). Les femmes restent plus vulnérables en raison de leur accès limité aux opportunités économiques, à l'éducation, aux soins de santé et à d'autres ressources socio-économiques essentielles. Le PIB par habitant (PPA) du pays a été estimé à 2 601 USD en 2022 par la Banque mondiale.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 8,149,119,8610,6211,45
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 5,85,45,35,35,5
PIB par habitant (USD) 9201.0041.0611.1161.175
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 66,367,267,666,064,3
Taux d'inflation (%) n/a5,02,82,02,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,26-0,28-0,27-0,24-0,25
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -3,2-3,1-2,7-2,3-2,2

Source : FMI - World Economic Outlook Database, October 2021

Les principaux secteurs économiques

Le secteur agricole contribue à 18,3 % du PIB et emploie 31 % de la population active (Banque mondiale). Les principales cultures vivrières sont le manioc, l'igname, le maïs, le millet et le sorgho, tandis que le cacao, le café et le coton sont des cultures de rente (générant environ 20 % des recettes d'exportation). Bien que de nombreux agriculteurs pratiquent une agriculture de subsistance, certains produits alimentaires de base doivent encore être importés. Le secteur agricole est vulnérable aux conditions climatiques et aux infestations parasitaires. Pour la campagne agricole 2023/24, plus de 1,5 million de tonnes de céréales sont attendues selon les prévisions de production de la Direction de la Statistique, de l'Informatique et de la Documentation Agricole (DSID).

Le secteur industriel est assez limité au Togo, représentant un cinquième du PIB et de l'emploi total. Avec des réserves estimées à 30 millions de tonnes (USGS), le phosphate est la matière première la plus importante du pays, faisant du Togo l'un des plus grands producteurs de phosphate au monde. L'exploitation minière est donc le principal sous-secteur industriel, suivi de l'industrie alimentaire. Le pays possède également des gisements de clinker, qui alimentent une industrie du ciment dynamique. L'industrie manufacturière dans son ensemble représente 14 % du PIB du pays, tandis que la part des rentes minières est de 4,9 % (Banque mondiale).

Le secteur des services est estimé à 52,1 % du PIB et emploie 49 % de la population active. Ce secteur a connu une croissance constante au cours des dernières années, et le commerce en est le principal contributeur. Le port de Lomé, qui est l'un des plus grands ports de la région, est un atout majeur car le transport de marchandises vers les pays voisins stimule l'industrie des services. Le pays investit également dans son secteur touristique : il a accueilli un million de touristes en 2022, et dans le budget 2024, le gouvernement a alloué 2 milliards XOF pour le développement du secteur touristique.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 30,9 20,4 48,7
Valeur ajoutée (en % du PIB) 18,3 20,5 51,3
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 5,0 7,3 6,2

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles. En raison de l'arrondi, la somme des pourcentages peut être inférieure ou supérieure à 100%.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.}}

Note :
57,5/100
Rang mondial :
113
Rang régional :
18

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
 

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère de l'économie et des finances
Ministère des affaires étrangères
Ministère de la justice
Ministère de l'administration territoriale
Ministère de la défense
L'office de statistique
Institut national des statistiques (INSEED)
La banque centrale
Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO)
Les places boursières
Bourse régionale
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2024

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par eexpand.

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo