S'implanter

S'implanter au Timor oriental

S'implanter au Timor oriental

Selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2021 publié par la CNUCED, les flux d'IDE vers le Timor oriental ont diminué de 3 %, passant de 75 millions USD en 2019 à 72 millions de USD en 2020, principalement en raison de la crise sanitaire et économique mondiale déclenchée par la pandémie de Covid-19. Le stock total d'IDE a atteint 468 millions de USD en 2020. L'essentiel de ces entrées a ciblé le secteur pétrolier et gazier, dans lequel un nouvel appel d'offres pour les contrats de partage de production a été ouvert en octobre 2019. La date limite initiale pour les offres était fixée en octobre 2020, mais elle a été reportée d'un an en raison de la pandémie. Traditionnellement, le principal secteur attirant les IDE est le secteur pétrolier et gazier, mais il existe également des opportunités dans les secteurs des services, du tourisme et de l'agriculture (bois, café et vanille). Les principaux pays investisseurs sont l'Indonésie, les États-Unis et l'Australie. Une loi sur l'investissement étranger a été adoptée par le Parlement du Timor oriental, qui vise à simplifier l'enregistrement des entreprises pour les investisseurs étrangers. Le gouvernement a créé un service d'enregistrement et de vérification des entreprises (SERVE) pour l'enregistrement unique des entreprises et une agence pour promouvoir l'investissement étranger et aider les investisseurs appelée TradeInvest Timor-Leste. La Société financière internationale (IFC) fournit des conseils sur le processus de création et de gestion d'une entreprise au Timor-Leste dans son rapport Doing Business (Austrade, 2022).

Le Timor-Leste a relativement bien résisté aux effets de la COVID-19, en grande partie grâce à son Fonds pétrolier souverain. Malheureusement, la longévité du Fonds pétrolier est désormais remise en question et, bien qu'une restructuration de la coalition gouvernementale stimulée par le COVID-19 ait apporté un certain répit à des niveaux élevés d'instabilité politique, il est encore probable qu'elle n'offre qu'un soulagement temporaire. Certains des facteurs qui découragent l'IDE sont les lourdeurs bureaucratiques, les faibles possibilités de financement, l'insécurité foncière, l'application aléatoire de la loi, le manque de main-d'œuvre qualifiée et la corruption. La propriété étrangère de terres n'est pas autorisée et les investissements dans de nombreux secteurs de l'économie sont contrôlés. Le capital minimum nécessaire pour démarrer une entreprise est assez élevé (50 000 USD). Le système judiciaire faible souffre d'une grave pénurie de personnel qualifié et n'a pas réussi à faire preuve d'indépendance. La corruption et le népotisme continuent d'être de sérieux problèmes. Le manque de cohérence dans l'application des réglementations continue de décourager le développement du secteur privé. Selon le plan de développement stratégique du gouvernement, les principaux domaines d'investissement comprennent le pétrole et le gaz, l'agro-industrie, la foresterie et l'élevage, la pêche, la construction civile, le café, les épices, les transports et le tourisme, l'énergie et les infrastructures. L'agence autonome appelée National Petroleum and Minerals Authority (ANPM) passe des contrats avec des entreprises étrangères pour explorer et développer des gisements de pétrole et de gaz offshore.

Globalement, le climat des affaires reste défavorable, comme en témoigne le dernier rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale, qui classe le Timor oriental au 181e rang sur 190 pays (trois places de moins par rapport à l'édition de l'année précédente). La pandémie de COVID-19 met les petites économies insulaires en développement dans une situation désespérée. Une base économique petite et étroite, un haut degré d'ouverture et une forte dépendance vis-à-vis de quelques grands pays développés rendent les petites économies insulaires extrêmement vulnérables aux chocs économiques mondiaux. Ces économies sont souvent les premières victimes des crises mondiales, car elles dépendent fortement des flux externes - commerce, envois de fonds et capitaux et emprunts externes - par rapport à d'autres groupes de pays en développement (Nations Unies, 2021). L'effondrement des arrivées de touristes affecte non seulement directement les revenus et l'emploi dans les compagnies aériennes, les transports terrestres et les hôtels, mais affecte également négativement le reste de l'économie, y compris l'agriculture et la construction. La baisse du tourisme, et par conséquent la réduction des recettes fiscales, exacerberont les soldes budgétaires de nombreuses petites économies insulaires et réduiront également le flux d'investissements directs étrangers (IDE), car le secteur du tourisme est généralement le principal bénéficiaire des IDE.

Sélectionnez votre pays d'intérêt :

Créer une entreprise
au Timor oriental

Découvrir toutes les démarches et procédures pour réussir votre implantation au Timor oriental.

Gérer une entreprise
au Timor oriental

Faciliter la gestion de votre entreprise au Timor oriental et respecter les procédures de ce pays.

S'expatrier
au Timor oriental

Préparer votre expatriation et vos déplacements professionnels vers le Timor oriental pour être plus efficace.

Ouvrir un compte bancaire au Timor oriental

Ouvrir un compte au Timor oriental avec BNP Paribas ?

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par Export Entreprises

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo Newsletters