S'implanter

S'implanter au Turkménistan

S'implanter au Turkménistan

Selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2021 de la CNUCED, les entrées d'IDE au Turkménistan ont diminué de 45 % pour s'établir à 1,2 milliard de USD en 2020, contre 2,1 milliards de USD en 2019, principalement en raison de la crise sanitaire et économique mondiale déclenchée par la pandémie de Covid-19. Le stock d'IDE estimé était de 39,3 milliards de USD en 2020. La pandémie de COVID-19 a gravement affecté les recettes d'exportation et les projets d'investissement, qui dépendent tous deux du gaz naturel. Le pays a mis en place des mesures relativement limitées contre la pandémie mais a souffert de la baisse de la demande internationale d'hydrocarbures, notamment de la part de la Chine, un important partenaire commercial et d'investissement. L'oléoduc Asie centrale-Chine est devenu opérationnel en avril 2022, tandis que la mise en service de l'oléoduc Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde, qui devrait doubler les exportations, n'interviendra qu'en 2023. les contrôles sur les IDE ont encore ralenti les nouveaux projets d'hydrocarbures, dans un contexte de baisse des investissements internationaux. La Chine, la Russie, le Kazakhstan et l'Ouzbékistan sont les principaux investisseurs dans le pays. Le pétrole et le gaz, l'agriculture et la construction sont les principaux secteurs d'investissement. Malgré les obstacles dans le pays, les hydrocarbures, la pétrochimie et, depuis peu, le secteur manufacturier attirent les investissements étrangers. La Chine investit de plus en plus dans le secteur gazier, cofinance des gazoducs et des raffineries, et reste le plus gros acheteur de gaz du pays. Elle a accordé un prêt de 4,1 milliards de dollars pour construire le champ de Galkynysh, le deuxième champ gazier au monde. Selon le gouvernement britannique, il est conseillé aux entreprises de cibler les secteurs dans lesquels le Turkménistan investit et de faire appel à un partenaire local de confiance pour gérer les obstacles bureaucratiques et politiques. L'investissement public au Turkménistan dépasse largement l'investissement privé, puisque seulement 10 % des investissements proviennent du secteur privé, ce qui est beaucoup plus faible que dans d'autres pays aux niveaux de revenu similaires. Sur le total des investissements, les investissements directs étrangers représentent 20 %.

Bien qu'il n'y ait officiellement aucune limite à la propriété étrangère des entreprises, le gouvernement n'a autorisé que les opérations étrangères détenues à 100 % dans le secteur pétrolier. Les étrangers ne peuvent pas investir dans l'exploration et la production des ressources gazières terrestres du pays. Toutes les terres appartiennent à l'État et les autres droits de propriété sont limités ; de plus, le rapatriement des revenus est difficile. Le système judiciaire est subordonné au président, qui nomme et révoque les juges sans examen législatif. Les investisseurs potentiels peuvent être découragés par plusieurs facteurs, notamment les mesures de contrôle de l'État, les restrictions de taux de change, les réglementations excessives et incohérentes, la corruption, l'absence d'état de droit établi et le manque d'expérience dans les relations avec les investisseurs étrangers pour le commerce international. De plus, les technologies essentielles, telles que les infrastructures Internet et téléphoniques, ne sont pas suffisamment développées. Les citoyens turkmènes doivent représenter 90 % de la main-d'œuvre des entreprises étrangères (30 % pour les entreprises actives dans le secteur pétrolier et gazier). Le gouvernement encourage les investissements directs afin de diversifier l'économie, mais les structures en place ne sont pas conformes aux normes du commerce international, et aucun code de commerce n'a été adopté en dehors de la loi sur les activités commerciales de 2016. La loi sur les zones franches économiques a été récemment modifié ; cependant, il n'y a actuellement aucune zone franche dans le pays. Le Turkménistan n'est pas classé dans le dernier classement Doing Business de la Banque mondiale en raison du manque de données fiables.

Sélectionnez votre pays d'intérêt :

Créer une entreprise
au Turkménistan

Découvrir toutes les démarches et procédures pour réussir votre implantation au Turkménistan.

Gérer une entreprise
au Turkménistan

Faciliter la gestion de votre entreprise au Turkménistan et respecter les procédures de ce pays.

S'expatrier
au Turkménistan

Préparer votre expatriation et vos déplacements professionnels vers le Turkménistan pour être plus efficace.

Ouvrir un compte bancaire au Turkménistan

Ouvrir un compte au Turkménistan avec BNP Paribas ?

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par Export Entreprises

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo Newsletters