S'implanter

S'implanter au Canada

S'implanter au Canada

Selon le Rapport sur les investissements dans le monde 2021 de la CNUCED, le Canada a attiré 24 milliards USD d'IDE en 2020, soit une baisse de 50 % par rapport à 2019, où les entrées d'IDE ont atteint 48 milliards USD. Les entrées ou IDE se sont effondrées dans le secteur des mines et carrières (de 20 milliards USD à -10 milliards USD) et ont chuté de 70 % dans le secteur manufacturier. Les multinationales américaines - les plus gros investisseurs dans le pays - ont réduit de moitié leurs investissements. Le stock d'IDE a atteint 1 099 milliards USD. Le Canada était la 13e destination des IDE dans le monde en 2020, il a perdu trois places par rapport à 2019. Les États-Unis et l'UE sont les principaux partenaires d'investissement au Canada : la moitié du stock d’IDE est détenue par les États-Unis, suivis des Pays-Bas et du Luxembourg. Le Royaume-Uni, la Suisse, le Japon, Hong Kong, l'Allemagne et la Chine sont d'autres grands pays investisseurs au Canada. Ces investissements sont principalement orientés vers l'industrie manufacturière, les mines et hydrocarbures, les activités professionnelles, scientifiques et techniques, la finance et l'assurance, le commerce de gros et de détail. Selon les dernières données de l'OCDE, les entrées d'IDE au Canada ont augmenté au premier semestre de 2021, atteignant 26,1 milliards USD, contre 16,4 au cours de la même période un an plus tôt.

En juillet 2020, l'AEUMC (Accord Canada-États-Unis-Mexique, une version actualisée de l'ALENA) est entré en vigueur, avec un impact potentiellement décisif sur les entrées et sorties d'investissements au Canada (les États-Unis sont le principal investisseur dans le pays) , tout comme l'accord économique et commercial global (AECG) signé avec l'UE et actuellement appliqué à titre provisoire, la ratification par les différents États membres de l'UE est toujours en attente. Parallèlement, le Canada a renforcé l'examen de certains investissements étrangers en vertu de la Loi sur Investissement Canada (LIC), dans des secteurs liés à la santé publique ou impliqués dans la fourniture de biens et services essentiels. Néanmoins, en 2021, les seuils au-dessus desquels les investisseurs étrangers dans les entreprises canadiennes doivent obtenir l'approbation du gouvernement fédéral en vertu de la Loi sur Investissement Canada ont été abaissés (de 1,075 milliard USD à 1,043 milliard USD pour les investisseurs des pays membres de l'OMC). Le Canada jouit d'un climat des affaires très favorable: le pays se classe 23e sur 190 pays dans le rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale, perdant une position par rapport à l'année précédente. Certaines des forces du pays sont la facilité de démarrer une entreprise et d'obtenir du crédit, une main-d'œuvre bien formée et de bonnes infrastructures, des ressources énergétiques et minérales abondantes et diversifiées, et un secteur bancaire solide. Cependant, le Canada reste fortement dépendant des États-Unis (détenant la moitié du stock d’IDE et représentant environ les deux tiers des exportations du pays) et des fluctuations des prix internationaux des produits de base, ainsi qu’un niveau élevé d’endettement des ménages.

Sélectionnez votre pays d'intérêt :

Créer une entreprise
au Canada

Le cadre juridique canadien autorise la création de corporations, sociétés à responsabilité limitée, partenariats, joint-ventures, succursales, etc. Les conditions de travail sont flexibles et les droits des travailleurs respectés, mais le gouvernement recourt parfois à la législation pour mettre fin aux grèves ou autres conflits du travail.

Gérer une entreprise
au Canada

Les entreprises doivent préparer des états financiers annuellement, selon les normes de comptabilité IFRS ou canadiennes (GAAP). Elles sont taxées sur leurs revenus et soumises à d'autres taxes. La fiscalité est prélevée aux niveaux fédéral, des provinces et des territoires. La gestion des ressources humaines est souple et autorise un contrat oral.

S'expatrier
au Canada

Lors d'un voyage d'affaires les informations pratiques suivantes sont utiles : mieux vaut prévoir des pneus neige en hiver, avoir une assurance médicale car l'accès aux soins est difficile pour les étrangers, compter un long délai pour l'obtention d'un visa, l'anglais est la langue la plus usité sauf au Québec où on parle français.

Ouvrir un compte bancaire au Canada

Ouvrir un compte au Canada avec BNP Paribas ?

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par Export Entreprises

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo Newsletters