S'implanter

drapeau Chine Chine : Les investissements

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir en Chine | La protection des investisseurs étrangers | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les terrains et les immeubles | L'aide à l'investissement | Les opportunités d'investissement | Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres | Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

 

Les IDE en chiffres

Les flux mondiaux d'investissements directs étrangers (IDE) au premier semestre 2021 ont atteint environ 852 milliards USD, montrant une dynamique de rebond plus forte que prévu, avec une augmentation de 78% du taux de croissance d'une partie de l'année par rapport à l'année précédente selon le Moniteur des tendances de l'investissement de la CNUCED publié en octobre 2021. Les perspectives mondiales des IDE pour l'ensemble de l'année 2021 se sont également améliorées par rapport aux projections précédentes. La dynamique actuelle et la croissance du financement de projets internationaux devraient ramener les flux d'IDE au-delà des niveaux d'avant la pandémie. Néanmoins, la durée de la crise sanitaire et le rythme des vaccinations, notamment dans les pays en développement, ainsi que la rapidité de mise en œuvre des mesures de relance des investissements dans les infrastructures, restent d'importants facteurs d'incertitude. D'autres facteurs de risque importants, notamment les goulots d'étranglement de la main-d'œuvre et de la chaîne d'approvisionnement, les prix de l'énergie et les pressions inflationnistes, affecteront également les résultats de l'année finale. (CNUCED, octobre 2021). L'impact de Covid sur les marchés en développement et le déplacement des investissements en provenance de Chine sont des tendances majeures qui auront un impact sur les investissements étrangers en 2022.

Selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2021 publié par la CNUCED, les flux d'IDE vers la Chine ont effectivement augmenté de 6 % en 2020, pour atteindre 149 milliards USD, contre 141 milliards USD en 2019. Cette hausse est également le résultat du succès des mesures visant à contenir la pandémie et d'une reprise rapide. Le stock d'IDE en 2020 a atteint 1 918 milliards USD, une croissance exponentielle par rapport à 2010 où le stock était de 587 milliards USD. Le retour plus rapide à une croissance positive du PIB au deuxième trimestre de 2020 et la levée des restrictions à l'investissement ont contribué à soutenir les investissements. Le secteur des services a tiré la croissance, représentant plus de 70 % des flux entrants ; les IDE se sont accélérés en particulier dans les industries liées à la technologie. Dans le but de stimuler les investissements, le gouvernement a élargi le nombre d'industries ouvertes aux IDE, levé les restrictions sur les investissements étrangers dans les industries clés et modifié la liste négative des investissements étrangers dans les zones pilotes de libre-échange, qui ont augmenté de 11 %. Les fusions et acquisitions ont augmenté de 97 % (pour atteindre 19 milliards USD), principalement dans les secteurs des technologies de l'information et de la communication et de l'industrie pharmaceutique. La valeur des nouveaux investissements greenfield annoncés en 2020 s'est fortement contractée dans des secteurs tels que les transports et l'automobile. En 2020, la Chine a été classée deuxième bénéficiaire mondial d'IDE après les États-Unis et avant Hong Kong. Le pays est le premier bénéficiaire en Asie et le premier pays investisseur en ce qui concerne les sorties d'IDE. Les entrées en provenance des États-Unis et de l'Europe ont chuté, mais les investissements régionaux ont continué d'augmenter à mesure que les flux en provenance des pays de l'ASEAN augmentent. Hong Kong, Singapour, les îles Vierges, la Corée du Sud, les îles Caïmans, le Japon, l'Allemagne et les États-Unis sont des investisseurs majeurs. Les investissements sont principalement orientés vers la fabrication, l'immobilier, le crédit-bail et les services, les services informatiques, le commerce de gros et de détail, l'intermédiation financière, la recherche scientifique, les transports, l'énergie et la construction.

La Chine a été classée 31ème sur 190 pays dans le rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale, une amélioration majeure par rapport à 2019, année où elle était classée 46ème sur 190. La Chine était l'une des 10 premières économies à avoir connu la plus forte amélioration entre 2019 et 2020. Ces progrès reflètent l'amélioration d'un large éventail de sous-composants allant des procédures de démarrage d'une entreprise aux mesures visant à améliorer l'accès à l'électricité et à obtenir des permis de construction. Le pays a démontré des programmes de réforme qui visent à améliorer l'environnement réglementaire des affaires dans le pays au cours de plusieurs années. Les réformes visent principalement à accroître l'efficacité des processus commerciaux, tels que les réductions d'impôts, le commerce avec des réductions tarifaires et la réduction des obstacles aux investisseurs étrangers. Afin d'attirer de nouveaux investissements étrangers, le pays a mis en place des mécanismes pour améliorer la livraison des grands projets d'investissement étranger, réduire les tarifs d'importation, rationaliser le dédouanement et établir un système de déclaration en ligne pour réglementer les IDE. Avec une multitude d'employés et de partenaires potentiels désireux d'apprendre et d'évoluer, le pays est une base de production à faible coût, ce qui en fait un marché attractif pour les investisseurs. Néanmoins, certains facteurs peuvent entraver les investissements, comme le manque de transparence de la Chine, l’insécurité juridique, le faible niveau de protection des droits de propriété intellectuelle, la corruption ou les mesures protectionnistes qui favorisent les entreprises locales. Les entrées d'IDE dans le secteur de la haute technologie ont considérablement augmenté et représentent actuellement près d'un tiers des entrées totales.

Alors que la Chine continue de mener la reprise mondiale après les effets économiques négatifs de la pandémie de COVID-19, les multinationales étrangères doublent leurs investissements en Chine, créant des milliers de nouvelles entreprises et développant celles qui existent déjà. Malgré les tensions économiques et financières et une série de restrictions étrangères sur le transfert de technologie vers la Chine, la Chine continue d'attirer des montants record à la fois d'investissements directs étrangers et d'investissements de portefeuille dans des actions chinoises onshore cotées et des obligations d'État chinoises (PIIE, 2020). Le total des investissements étrangers en Chine pour 2021 devrait augmenter à deux chiffres par rapport à l'année précédente si les tendances actuelles se maintiennent (ministère chinois du Commerce, novembre 2021).

Le dernier rapport des Nations Unies sur les tendances du commerce et de l'investissement en Asie-Pacifique fournit des informations supplémentaires sur les IDE en Chine et en Asie-Pacifique en 2021 et 2022.

 
Investissement Direct Etranger 201920202021
Flux d'IDE entrants (millions USD) 141.225149.342180.957
Stocks d'IDE (millions USD) 1.769.4861.918.8282.064.018
Nombre d'investissements greenfield* 835412481
Value of Greenfield Investments (million USD) 61.99931.94831.500

Source : CNUCED, Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

 

LES FLUX D'IDE PAR PAYS ET PAR SECTEUR D'ACTIVITÉ

Les pays investisseurs 2019, en %
Hong Kong 69,0
Singapour 5,0
Corée du Sud 4,0
Iles Vierges 3,0
Japon 2,0
Etats-Unis 1,0
Iles Caïmans 1,0
Allemagne 1,0
Les secteurs investis 2019, en %
Service manufacturier 25,0
Immobilier 17,0
Location et services aux entreprises 16,0
Transmission de l'information, services informatiques et logiciels 10,0
Activités scientifiques, de recherche et techniques 8,0
Commerce de gros et de détail 6,0
Intermédiation financière 5,0
Service de transport, de stockage et postal 3,0
Production et approvisionnement de l'électricité, du gaz et de l'eau 2,0
Construction 0,0
 
Les formes de sociétés préférées par les investisseurs
WFOE
Les formes d'établissements préférés par les investisseurs
Holding
Les principaux investisseurs
Un nombre important de multinationales étrangères opèrent en Chine : GM, KFC, Cummins (CMI), Starbucks, Apple, Intel (INTC), Dell Computer (DELL), Texas Instruments (TXN), Walmart, Nike (NKE), Gucci, Abercrombie & Fitch, Toyota et Samsung.

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir en Chine

Les points forts

Les points forts de l'IDE en Chine sont les suivants :

  • La Chine est le plus grand marché intérieur du monde avec 1,44 milliard de clients potentiels, dont une classe moyenne en plein essor ;
  • Le risque souverain est contenu car la dette publique reste principalement intérieure et libellée en monnaie locale
  • Importance des réserves de change et dette publique principalement détenue par des Chinois ;
  • Un secteur productif très développé (secteurs manufacturier et industries lourdes) ;
  • Une situation géographique favorable (proximité des marchés asiatiques émergents, du Japon, façade maritime) ;
  • Le pays dispose désormais de la première économie mondiale en parité de pouvoir d'achat (PPA), grâce à une croissance rapide ;
  • Même si la situation évolue assez rapidement, les coûts salariaux demeurent relativement faibles ;
  • Avec le développement des provinces de l'ouest (en particulier, la province du Sichuan), la Chine offre de nouvelles opportunités ;
  • Développement d'un nouveau réseau d'exportation (réseau de la Route de la Soie).
Les points faibles

Les inconvénients des IDE en Chine sont les suivants :

  • Un contexte juridique en constante évolution ;
  • Des complexités bureaucratiques et administratives ;
  • Un manque de transparence, la corruption et la faible protection des droits de propriété intellectuelle ;
  • Le vieillissement de la population ;
  • Un fort niveau d'endettement des entreprises ;
  • Une surcapacité de production dans plusieurs secteurs ;
  • Une situation écologique fortement dégradée dans plusieurs grandes villes ;
  • Les différences culturelles dans la pratique des affaires peuvent être compliquées à appréhender pour les étrangers ;
  • Un faible niveau de management intermédiaire et de personnel qualifié.
Les mesures mises en place par le gouvernement
D'un point de vue général, le gouvernement chinois est plus restrictif que les autres grandes économies en matière d'investissement étranger, avec de nombreux secteurs fermés aux IDE. Les entreprises d'État et les « fleurons nationaux » sont protégés en pratique (pratiques discriminatoires, pouvoir judiciaire non indépendant, application sélective des règlementations). Il y a quelques mois encore, l'État chinois exigeait un transfert de technologie forcé et son système de protection de la propriété intellectuelle était parmi les plus faibles de la plupart des pays industrialisés.

Le gouvernement chinois encourage les investissements dans les industries ou les secteurs suivants : la haute technologie, la production d'équipements ou de nouveaux matériaux, le secteur des services, le recyclage, l'utilisation des énergies renouvelables et la protection de l'environnement. En outre, le pays semble décourager les investissements étrangers dans des secteurs clés, pour lesquels la Chine cherche à transformer les entreprises nationales en sociétés multinationales compétitives à l'échelle mondiale et les secteurs qui ont historiquement bénéficié de monopoles d'État ou traditionnellement des investissements de l'État. Le gouvernement décourage également les investissements destinés à tirer profit de la spéculation (la monnaie, l'immobilier, ou les actifs). En outre, le gouvernement envisage de limiter les investissements étrangers dans les industries qui consomment beaucoup de ressources et qui sont hautement polluantes.

La loi sur les investissements étrangers de la République populaire de Chine, adoptée lors de la deuxième session du 13e Congrès national du peuple le 15 mars 2019, est en vigueur depuis le 1er janvier 2020. La nouvelle loi sur les investissements étrangers vise à répondre aux plaintes courantes des entreprises et des gouvernements étrangers. La loi interdit spécifiquement au gouvernement et aux fonctionnaires de forcer le transfert de technologie, tandis que la coopération technologique sur la base du libre arbitre et des règles commerciales est encouragée par l'État. En effet, l'article 22 stipule que l'État doit protéger les droits de propriété intellectuelle des investisseurs étrangers et des entreprises financées par l'étranger. La loi donne également la possibilité aux investisseurs étrangers de bénéficier du même traitement lorsqu'ils demandent des licences (article 30) et participent à des marchés publics (article 16). Les départements compétents pour le commerce (ministère du commerce) et pour l'investissement (Commission nationale du développement et de la réforme) se voient déléguer la responsabilité principale de promouvoir, protéger et gérer les investissements étrangers.

Le 23 juin 2020, la Commission nationale de développement et de réforme (NDRC) et le ministère du Commerce (MOF) ont conjointement publié deux "listes négatives" ( sur les investissements étrangers et les mesures administratives spéciales de la zone de libre-échange) et une édition préliminaire du Catalogue des industries encouragées pour les investissements étrangers. Par rapport à l'édition de 2019 (liste complète en chinois disponible ici), le projet de catalogue 2020 des industries encouragées pour l'investissement étranger a été encore allongé, avec 125 nouvelles industries ajoutées et 76 industries précédemment listées modifiées. Il n'y a pas de changement majeur par rapport au catalogue 2019 ; il accueille davantage d'IDE dans les trois principaux domaines suivants de la Chine : production haut de gamme ; industries de services orientées vers la production ; provinces du centre, de l'ouest et du nord-est de la Chine.

Retour vers le haut

La protection des investisseurs étrangers

Les conventions bilatérales d'investissement signées par la Chine
La Chine a signé des accords bilatéraux pour les investissements avec plusieurs pays. Pour voir la liste des pays, consultez le site de la CNUCED.
Les controverses enregistrées auprès de la CNUCED
Le Navigateur ISDS contient des informations sur les cas d'arbitrage international connus, engagés par des investisseurs contre des États en vertu d'accords internationaux d'investissement. La Chine est impliquée dans 6 affaires en tant qu'État d'origine du demandeur et dans 3 affaires en tant qu'État défendeur.
Les organismes offrant leur assistance en cas de désaccord
CIRDI , Centre International pour le Règlement des Différents relatifs aux Investissements
Membre de l'Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA)
La Chine est signataire de la Convention du MIGA.
 
Comparaison internationale de la protection des investisseurs Chine East Asia & Pacific Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 10,0 5,9 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 4,0 5,2 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 5,0 6,7 9,0 5,0

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

Note: *Plus l'index est grand, plus les transactions sont transparentes. **Plus l'index est grand, plus les managers sont personnellement responsables. *** Plus l'index est grand, plus les actionnaires ont le pouvoir de défendre leur droit.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
La loi sur les investissements étrangers de la République populaire de Chine met en œuvre un système de "traitement national préétabli" et de "gestion de liste négative" pour les investissements étrangers. Le "traitement national de pré-établissement" désigne le traitement accordé aux investisseurs étrangers et à leurs investissements en matière d'accès au marché, qui ne peut être moins favorable que celui accordé à leurs investisseurs nationaux et à leurs investissements. La "liste négative" fait référence aux mesures administratives spéciales pour l'accès des investissements étrangers dans des domaines spécifiques, qui seront émises ou approuvées par le Conseil d'Etat. La loi prévoit que l'État accorde le traitement national aux investissements étrangers qui ne figurent pas dans la liste négative.
La réglementation concernant les prises de participation
La prise de participation majoritaire au capital d'une entreprise locale est autorisée en Chine. Les activités de fusion et d'acquisition sont soumises à des réglementations différentes selon que l'entreprise est une société publique, une société publique non cotée ou une société étrangère.
Les obligations de déclaration
L'agence de promotion des investissements étrangers dans le pays permet de s'informer sur les autorisations nécessaires à l'implantation. Toutes les propositions de projets d'investissements étrangers en Chine doivent être soumises à la « vérification » et à l'approbation de la Commission nationale du développement et de la réforme (NDRC) ou des commissions du développement et de la réforme provinciales ou locales, selon le secteur et la valeur de l'investissement.
L'organisme auprès duquel déclarer l'investissement
Commission nationale du développement et la réforme (NDRC)
Demande d'autorisation spécifique
Les plans d'entreprise doivent être soumis pour approbation aux autorités compétentes avant le début de l'activité commerciale. Si un investisseur étranger a l'intention de créer une entreprise à financement étranger en fusionnant une entreprise nationale conformément à ces dispositions, il doit être soumis à l'approbation de l'"organe d'examen et d'approbation" et modifier l'enregistrement ou passer par l'enregistrement de l'établissement auprès de l'"organe administratif d'enregistrement". L'"organe d'examen et d'approbation" est le ministère du commerce. L'expression "organe administratif d'enregistrement" désigne l'Administration nationale de l'industrie et du commerce (SAIC) ou ses administrations locales autorisées pour l'industrie et le commerce. Les entreprises d'État chinoises sont souvent la cible des investisseurs étrangers. Toutefois, il est important de noter que des règles supplémentaires s'appliquent à l'achat d'entreprises d'État par des investisseurs étrangers en Chine. Les projets d'investissement greenfield doivent obtenir l'autorisation du Ministère de la protection de l'environnement et du Ministère des ressources foncières.

Retour vers le haut

Les terrains et les immeubles

Les solutions temporaires
Location et Business center. 
La possibilité d'acheter un terrain ou un bâtiment industriel ou commercial
Les étrangers ne sont autorisés à acheter leur propriété qu'après avoir travaillé ou étudié en Chine pendant au moins un an.  Ils n'ont le droit de posséder qu'une seule propriété en Chine et celle-ci ne doit être utilisée qu'à des fins résidentielles.  La propriété commerciale ou industrielle ne peut être achetée qu'après la constitution d'une société en Chine.
Les risques d'appropriation
Le risque d'expropriation est élevé. L'article 20 de la loi sur les investissements étrangers de la République populaire de Chine stipule que le gouvernement ne doit pas exproprier les investissements réalisés par les investisseurs étrangers. Ce n'est que dans des circonstances particulières (sécurité nationale et obstacles aux grands projets de génie civil) que l'État peut exproprier ou réquisitionner un investissement effectué par des investisseurs étrangers pour des raisons d'intérêt public, conformément à la loi. Cette expropriation ou réquisition doit être effectuée conformément aux procédures légales et une indemnisation juste et raisonnable doit être accordée en temps utile.

Retour vers le haut

L'aide à l'investissement

Les formes d'aide
Les investisseurs étrangers bénéficient de réductions sur l'impôt sur les sociétés, d'exonération  de l'impôt sur les dividendes rapatriées durant une période et autres avantages fiscaux. De plus, parmi les incitations à l'investissement direct étranger figurent les paquets de réduction sur les impôts sur le revenu, sur les droits d'utilisation des ressources et des terres, et sur les taxes à l'import/export, ainsi qu'un traitement prioritaire pour l'obtention des services d'infrastructure de base, des autorisations gouvernementales simplifiées, et un soutien financier pour les start-ups. Le Ministère du Commerce (MOFCOM) pourra être contacté pour toute information concernant les opportunités en Chine.

Selon l'avis sur la mise en œuvre de la politique d'allègement fiscal inclusif pour les petites et micro-entreprises, publié par le ministère des finances en janvier 2019, la Chine a étendu les politiques préférentielles existantes pour les petites entreprises et les entreprises à faible profit. Les entreprises dont le revenu annuel imposable est inférieur à 1 million de RMB (147 290 USD) par an peuvent bénéficier d'un taux préférentiel de 20 % pour l'impôt sur le revenu des sociétés (IRS), elles ne sont imposées que sur 25 % de leur revenu, tandis que les 75 % restants sont exonérés d'impôt.

Les domaines privilégiés
La Chine encourage avant tout les investissements étrangers dans la haute technologie, les énergies propres et les secteurs dont l'activité s'oriente vers l'exportation.
Les zones géographiques privilégiés
Les zones de développement économique (ZDE) de la Chine sont des zones où les politiques commerciales préférentielles se distinguent de celles qui régissent le pays dans son ensemble.
Les ZDE offrent un large spectre d'incitations aux IDE, qui varient en fonction de la spécification de la ZDE. Les entreprises opérant dans les ZDE peuvent s'attendre, entre autres, à un niveau d'autonomie plus élevé pour leurs opérations, à diverses exonérations fiscales, à des subventions pour les terrains et les bâtiments et à des politiques d'emploi préférentielles.
Les zones franches
En Chine, il existe de nombreuses zones commerciales spéciales. Ces zones spéciales prévoient des exceptions aux procédures douanières standard et permettent des exonérations fiscales ou des incitations fiscales pour attirer les investissements étrangers. Il s'agit essentiellement des 5 zones économiques spéciales et des 14 villes côtières. Les zones spéciales sont Shenzhen (à la frontière de Hong-Kong), Zhuhaï (près de Macau), Shantou, Xiamen (face à Taïwan) et l'île de Hainan. Elles avaient été choisies car elles étaient totalement sous-développées.

Les 14 villes côtières sont Dalian (dans la province du Liaonong), Shanghai, Ningbo, Wenzhou (dans la province de Zhejiang), Fuzhou (dans la province du Fujian), Guangzhou et Zhanjiang. Depuis quelques années, d'autres villes sont également considérées comme villes côtières bénéficiant donc du même statut. A la différence des 5 zones spéciales, celles-ci n'étaient pas sous-développées, mais concentraient des centres industriels clés. Les investissements étrangers ont permis d'améliorer les infrastructures et d'en créer de nouvelles, plus avancées.

En août 2019, la Chine a annoncé qu'elle allait étendre les zones pilotes de libre-échange (ZPE) à six nouvelles provinces du pays. Il s'agit du Jiangsu, du Shandong, du Hebei, du Heilongjiang, du Guanxi et du Yunnan, ce qui porte le nombre total de zones franches chinoises de 12 à 18.

Organismes d'aides publiques et de financement
Invest in China - L'Agence de promotion des investissements du ministère du commerce (CIPA) est engagée dans le processus de promotion des investissements chinois et chargée du travail de promotion des investissements dans les deux sens "Inviting in" (IDE en Chine) et "Going global" (investissements sortants).
 

Consultez French Desk pour trouver les banques et les sociétés d'assurances prêtes à vous accompagner en Chine.

 

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
Secteur manufacturier, industrie automobile, technologies de l'information et de la communication, aéronautique, énergie (dont le nucléaire), services, finance, construction, tourisme, santé, agriculture, extraction minière, santé, secteur de la vente en ligne (premier marché mondial), infrastructures de transport.
Les secteurs à fort potentiel
Industrie chimique, assurance et banque, haute technologie, énergies renouvelables, environnement et traitement des déchets, franchises, dispositifs médicaux.
Les programmes de privatisation
La Chine, dont l'économie est mixte, dispose d'un grand nombre d'entreprises d'État. Néanmoins, elles souffrent de handicaps (surendettement et manque d'efficacité, notamment). L'État chinois entend les ouvrir aux capitaux privés. Néanmoins, la question de la privatisation partielle des nombreuses entreprises publiques chinoises est discutée depuis 1993, sans avoir abouti à de profondes évolutions du paysage économique chinois. Sous le gouvernement du président Xi Jinping, la réforme de la propriété mixte, qui injecte des capitaux privés dans les entreprises publiques, est encouragée. Un exemple d'effort de privatisation est qu'à la fin de 2016, l'État a annoncé la fin de son monopole sur la production de sel. À ce jour, l'effort progresse, mais il se heurte encore à des résistances.
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Tenders Tiger, Appels d'offres en Chine
Tenders Info, Appels d'offres en Chine
DgMarket, Appels d'offres dans le monde

Retour vers le haut

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques
La liste négative pour l'accès au marché (édition chinoise de 2020) fait référence à une liste d'industries interdites ou restreintes pour les investissements étrangers. La nouvelle liste négative nationale 2020 vise à accélérer le processus d'ouverture des secteurs clés dans les industries de services. Elle a encore assoupli l'accès des investissements étrangers aux secteurs manufacturier et agricole par rapport à la liste négative de 2019. Les principales restrictions concernent les secteurs suivants : Production et fourniture d'électricité, de chaleur, de gaz et d'eau ; Transports, entreposage et services postaux ; Transmission d'informations, logiciels et services de technologie de l'information ; Location et services aux entreprises ; Recherche scientifique et services techniques. La liste 2022 des industries restreintes ou interdites a été réduite à 117, selon un document publié par la Commission nationale du développement et de la réforme, contre 123 sur la liste 2020.

Retour vers le haut

Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

Les agences d'aide à l'investissement
Invest in China (Ministère du commerce de la République populaire de Chine)
Les guides de l'investisseur
Guide de l'investissement en Chine (Deloitte)
Exporter en Chine (Département du commerce des États-Unis)
Guides pour faire des affaires en Chine continentale (Hawksford, Chine)
Guide Doing business in China (Pinsent Masons)
Guide pour faire des affaires en Chine (Mayer Brown)
Guide Doing business in China (Thomson Reuters Practical Law)
Guide détaillé sur la façon de faire des affaires en Chine (New Horizons Global Partners)
 

Contactez l'équipe BNPP Trade Development pour trouver un expert prêt à vous accompagner en Chine.

 
 

Consultez French Desk pour trouver les agences de développement économique prêtes à vous accompagner en Chine.

 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Novembre 2022

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par Export Entreprises

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo Newsletters