S'implanter

drapeau Maroc Maroc : La fiscalité et la comptabilité

Dans cette page : Les taxes sur les sociétés | Les règles comptables | Les taxes à la consommation | Les taxes sur le revenu des personnes | Les conventions de non double imposition | Les sources d'information fiscale

 

Les taxes sur les sociétés

La distinction entre société résidente et société étrangère
Le statut de résident marocain s'applique si une société est constituée au Maroc ou si son siège de direction effective se trouve au Maroc.
 

Le taux standard

Taux d'imposition des sociétés Pour les années fiscales 2024 à 2026, l'évolution des taux d'IS pour les entreprises au Maroc est la suivante :
Les entreprises dont le revenu net imposable est inférieur ou égal à 300 000 dirhams - 2024: 15%
- 2025: 17.5%
- 2026: 20%
Revenu net imposable compris entre 300 001 et 1 million de dirhams - 2024: 20%
- 2025: 20%
- 2026: 20%
Revenu net imposable compris entre 1 et 100 millions de dirhams - 2024: 25.5%
- 2025: 22.75%
- 2026: 20%
Revenu net imposable égal ou supérieur à 100 millions de dirhams - 2024: 33%
- 2025: 34%
- 2026: 35%
Entreprises exerçant des activités industrielles
De 0 à 1 million de dirhams - 2024: 23%
- 2025: 21.5%
- 2026: 20%
Supérieure à 1 million de dirhams - 2024: 33%
- 2025: 34%
- 2026: 35%
Cotisation minimale 0.25%
0,15 % pour les opérations effectuées par des sociétés commerciales pour la vente de produits pétroliers, de gaz, de beurre, d'huile, de sucre, de farine, d'eau, d'électricité et de médicaments.
Entreprises hôtelières, sportives, minières, exportatrices et agricoles, entreprises de sous-traitance de services, entreprises artisanales, établissements privés d'enseignement ou de formation professionnelle, établissements de formation et sociétés de location de biens immobiliers, campus et résidences universitaires.
Revenu net imposable inférieur ou égal à 300 000 dirhams - 2024 : 15%
- 2025 : 17.5%
- 2026 : 20%
Revenu net imposable compris entre 300 001 et 1 million de dirhams - 2024 : 20%
- 2025 : 20%
- 2026 : 20%
Revenu net imposable égal ou supérieur à 100 millions de dirhams - 2024 : 27.5%
- 2025 : 31.5%
- 2026 : 35%
Contribution sociale de solidarité sur les bénéfices des entreprises dont le bénéfice net est égal ou supérieur à 1 million de dirhams (calculé sur le bénéfice net imposable de l'exercice précédent) - 1,5% pour les entreprises dont le bénéfice net est compris entre 1 et 5 millions de dirhams ;
- 2,5% pour les entreprises dont le bénéfice net est compris entre 5 et 10 millions de dirhams ;
- 3,5% pour les entreprises dont le bénéfice net est compris entre 10 et 40 millions de dirhams ; et
- 5,0 % pour les entreprises dont le bénéfice net est égal ou supérieur à 40 millions de dirhams.
Taux de l'IRS applicable aux revenus des actions, parts et revenus similaires 13,75 % en 2023
Tarifs spéciaux 20% pour :

- les entreprises ayant le statut de "CFC
- les entreprises opérant dans les Zones d'Accélération Industrielle (ZAI)
- les entreprises créées à partir du 1er janvier 2023 et qui s'engagent dans le cadre d'une convention signée avec l'Etat à investir 1,5 milliard de dirhams en immobilisations corporelles et à les maintenir pendant 10 ans (à l'exception des établissements et sociétés publics et de leurs filiales).
Entreprises ayant le statut de Casablanca FC Exonérées pendant les cinq premières années suivant la date de leur constitution
 
Le taux d'imposition pour les sociétés étrangères
L'impôt marocain s'applique territorialement. Les sociétés, qu'elles soient ou non établies au Maroc, sont soumises à l'impôt sur les sociétés sur l'ensemble des bénéfices ou revenus provenant des biens qu'elles possèdent, des activités qu'elles exercent et des opérations lucratives qu'elles réalisent au Maroc, même si ces activités sont occasionnelles. Les sociétés étrangères sont assujetties sur les revenus de source marocaine aux mêmes taux que les sociétés locales (à moins qu'un traitement préférentiel ne soit accordé dans le cadre des régimes d'investissement étrangers).
Un impôt sur les succursales de 15 % s'applique au revenu net transféré par la succursale marocaine à des entités étrangères.
La taxation des plus-values
Les plus-values sont considérées comme des revenus non courants et sont imposées au taux normal de l'impôt sur les sociétés.
Les sociétés non résidentes sont exonérées des plus-values provenant de la cession des actions cotées à la bourse de Casablanca, à l'exclusion des actions des sociétés immobilières.
Pour les années 2023, 2024 et 2025, les sociétés bénéficieront d'un abattement de 70 % sur la plus-value nette résultant de la cession d'actifs immobilisés, à l'exclusion des terrains et constructions.
Les déductions et les crédits d'impôt
Les dépenses encourues dans le cadre d'activités commerciales sont généralement déductibles, à moins qu'elles ne soient spécifiquement exclues. Les frais de démarrage sont capitalisés et amortis fiscalement sur une période de cinq ans. Les intérêts sur les prêts accordés par les actionnaires directs sont déductibles si le capital est entièrement libéré, dans la limite du capital social et du taux d'intérêt fixé annuellement par le ministère des finances.

Les contributions caritatives versées par les entreprises ne sont déductibles que si elles sont accordées à des fondations et à des sociétés explicitement prévues par la loi. Dans le cas des contributions versées à l'entreprise communautaire, la déduction est plafonnée à 0,2 % du chiffre d'affaires.

Les créances irrécouvrables définitivement sont traitées comme des pertes déductibles. Les impôts sont généralement déductibles (à l'exception de l'impôt sur les sociétés).

Les pertes fiscales peuvent être reportées pendant quatre ans à compter de la fin de l'exercice comptable au cours duquel la perte s'est produite. Toutefois, la partie d'une perte imputable à l'amortissement peut être reportée indéfiniment. Le report en arrière des pertes n'est pas autorisé. Un allègement de l'impôt étranger est prévu pour les revenus de source étrangère.

Le Maroc offre des incitations fiscales sous forme d'exonération ou d'imposition à des taux plus avantageux pour les investisseurs locaux et étrangers. Par exemple, les incitations comprennent une exonération de la taxe professionnelle pendant les cinq premières années pour les sociétés nouvellement constituées et une exonération de l'impôt sur les sociétés pour les sociétés exploitant des établissements touristiques pendant les cinq premières années, sous réserve de certaines conditions. Plusieurs zones d'accélération dans des villes comme Fès, Kénitra, Layoune, Nador, Rabat et Tanger offrent aux entreprises agréées une exonération de la taxe professionnelle pendant les 15 premières années et une exonération de l'impôt sur les sociétés pendant les cinq premières années. Les entreprises bénéficiant du statut "Casablanca Finance City" bénéficient d'une exonération de l'impôt sur les sociétés pendant cinq ans à compter de l'exercice fiscal au cours duquel le statut a été obtenu. En outre, le transfert de biens d'investissement entre sociétés membres d'un groupe de restructuration peut faire l'objet d'une neutralité fiscale au titre de l'impôt sur les sociétés. Les sociétés qui ont le statut d'OPCI sont exonérées d'impôt sur les revenus locatifs des immeubles construits pour un usage professionnel, ainsi que sur les dividendes et les intérêts perçus.
Les autres taxes sur les sociétés
Des droits d'enregistrement de 1 à 6 % sont dus sur toutes les conventions écrites ou verbales, telles que le transfert de propriété de biens immobiliers, d'actions ou de droits, la création de sociétés, l'augmentation de capital et le transfert de fonds de commerce (6 %). Un forfait de 200 dirhams est également applicable aux opérations et conventions spécifiques. L'acquisition de biens immobiliers est soumise à une taxe foncière de 1 %.

Les personnes morales exerçant une activité commerciale au Maroc sont soumises à une taxe professionnelle assise sur la valeur locative des immeubles, locaux et autres biens affectés à l'activité. Cette taxe est prélevée à des taux de 10 %, 20 % ou 30 % de la valeur locative, en fonction de la nature de l'activité de l'entité.

En outre, une taxe municipale est imposée au taux de 10,5 % sur la valeur locative des biens immobiliers situés dans les districts urbains, et au taux de 6,5 % sur la valeur locative des biens immobiliers situés dans les zones périphériques des districts urbains.

Une taxe sur les salaires (appelée taxe de formation professionnelle) est imposée sur la rémunération mensuelle brute des salariés assujettis aux cotisations de sécurité sociale, au taux de 1,6 %. Le régime obligatoire de sécurité sociale du Maroc est géré par la CNSS (Caisse Nationale de Sécurité Sociale). Les cotisations patronales sont les suivantes : allocation familiale 6,40 % ; allocation sociale 8,60 % (avec une base de calcul plafonnée à 6 000 dirhams) ; taxe professionnelle 1,60 % ; soins médicaux obligatoires 4,11 %.
Les autres ressources utiles
Administration fiscale générale
 

Comparaison internationale de la fiscalité des entreprises

  Maroc Moyen-Orient & Afrique du nord Etats-Unis Allemagne
Nombre de paiements de taxes par an 6,0 20,8 10,6 9,0
Temps requis pour les formalités administratives en heures 155,0 204,0 175,0 218,0
Montant total des taxes en % des profits 45,8 32,1 36,6 48,8

Source : The World Bank - Doing Business, Dernières données disponibles.

Retour vers le haut

Les règles comptables

 

Le système comptable

Les normes comptables
Toutes les banques et institutions financières similaires doivent respecter les normes IFRS. Toute société cotée à la Bourse de Casablanca autre que les banques et institutions financières similaires est tenue de choisir entre les normes IFRS et les normes comptables marocaines.
Les organismes comptables
Conseil National de la Comptabilité
Les lois comptables
Loi sur les sociétés de 1999, Loi 15-89 1993 sur la réglementation de la profession de comptables agréés.
L'écart entre les normes nationales et les normes internationales (IAS/IFRS)
Les PCGR marocains, qui diffèrent sensiblement des normes IFRS, ne sont plus requis pour les sociétés publiques nationales ou étrangères en tant que seul cadre d'information financière disponible. En effet, les banques et les institutions financières similaires sont tenues de suivre les normes IFRS. Toute société cotée à la Bourse de Casablanca autre que des banques et institutions financières similaires est tenue de choisir entre les normes IFRS et les normes comptables marocaines.
 

Les pratiques comptables

L'année fiscale
L'année civile est normalement l'année fiscale, bien qu'une entreprise puisse opter pour une année fiscale différente.
La structure des comptes
L'Institut marocain des comptables agréés a pour objectif de faire converger les normes d'audit marocaines avec les normes internationales d'audit (ISA) pour les audits statutaires d'ici décembre 2017.
Les obligations de publication
Le bilan décrit séparément les éléments actifs et passifs de l'entreprise.
Le compte de produits et de charges récapitule les produits et charges de l'exercice sans qu'il ne soit tenu compte de leur date d'encaissement ou de paiement.
L'état des soldes de gestion décrit la formation du résultat net et celle de l'autofinancement.
Le tableau de financement met en évidence l'évolution financière de l'entreprise au cours de l'exercice en décrivant les ressources dont elle a disposé et les emplois qu'elle en a effectués.
L'état des informations complémentaires complète et commente l'information donnée par le bilan, le compte de produits et de charges, l'état des soldes de gestion et le tableau de financement.

Les comptes doivent être publiés annuellement.

 

La profession comptable

Les corps de métiers
On distingue généralement les auditeurs, les comptables agréés et les experts-comptables.
Les commissaires aux comptes font nécessairement partie de l'ordre des experts-comptables.
Les comptables agréés jouent le rôle de conseiller financier, comptable, juridique et fiscal dans les entreprises.
L'audit se rapporte plus à un contrôle de gestion interne à l'entreprise.
Les organismes professionnels
Ordre des Experts Comptables
Association Marocaine des Auditeurs Internes
L'adhésion à l'IFAC (International Federation of Accountants)
Le Maroc est membre de la Fédération Internationale des Comptables (IFAC).
 

Consultez French Desk pour trouver les sociétés d'audit et de conseil prêtes à vous accompagner au Maroc.

 

Retour vers le haut

Les taxes à la consommation

La nature de la taxe
Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA)
Le taux standard
20%
Le taux réduit
Un taux réduit de 10 % s'applique aux produits pétroliers, aux opérations bancaires, aux opérations hôtelières, aux opérations de restauration, aux opérations de vente et de livraison d'objets d'art, aux huiles fluides comestibles, aux chauffe-eau solaires et aux panneaux photovoltaïques, aux ventes et livraisons d'eau destinée aux réseaux de distribution publique, aux services d'assainissement fournis par les organismes d'assainissement et aux opérations de location de compteurs d'eau non destinés à un usage domestique, aux engins et filets de pêche destinés aux professionnels de la pêche maritime, aux voitures économiques et à tous les produits et matériaux entrant dans leur fabrication, ainsi qu'aux services d'assemblage qui s'y rapportent.

Le taux de TVA pour le transport, le beurre, les services rendus par tout agent de vente directe ou courtier d'assurance pour les contrats qu'il apporte à une entreprise d'assurance, et l'électricité est de 14%.

Un taux réduit de 7 % s'applique à l'eau, à la location de compteurs d'eau et d'électricité, aux produits pharmaceutiques et aux emballages non récupérables de produits pharmaceutiques.

Sont détaxés les biens et services exportés, les biens placés sous régime douanier suspensif, les engrais, les machines à usage exclusivement agricole, les biens d'investissement inscrits à l'actif immobilisé, acquis par les assujettis, pour une durée de 36 mois à compter du début de l'activité, à l'exclusion des véhicules acquis par les agences de location de voitures, les produits pharmaceutiques, les ventes et livraisons d'eau à usage domestique, les services d'assainissement fournis par les organismes d'assainissement et la location de compteurs d'eau pour le même usage.

Conformément aux modifications de la loi de finances 2024, les taux de 7 % et 14 % ont été progressivement supprimés comme suit :
  - Ajustements à la baisse - pas de changement pour 2023, 2024, 2025, 2026
  - Vente d'électricité produite à partir de sources d'énergie renouvelables - 14 % (2023), 12 % (2024), 10 % (2025), 10 % (2026)
  - Services fournis aux compagnies d'assurance par des démarcheurs ou des courtiers d'assurance (contrats apportés à la compagnie par le démarcheur ou le courtier) - 14% (2023), 12% (2024), 10% (2025), 10% (2026).
  - Transports urbains et routiers de voyageurs et de marchandises - 14 % (2023), 13 % (2024), 12 % (2025), 10 % (2026).
  - Ajustements à la hausse - pas de changement pour 2023, 2024, 2025, 2026
  - Sucre raffiné ou aggloméré - 7% (2023), 8% (2024), 9% (2025), 10% (2026)
  - Location de compteurs d'électricité - 7% (2023), 11% (2024), 15% (2025), 20% (2026)
  - Énergie électrique - 14% (2023), 16% (2024), 18% (2025), 20% (2026)
  - Transport de passagers et de marchandises (non urbain et non routier) - 14% (2023), 16% (2024), 18% (2025), 20% (2026).
Les exemptions de taxe à la consommation
Sont exonérées les ventes, autres que la consommation sur place, de biens comprenant des produits de la pêche frais, congelés, entiers ou découpés ; les ventes de métaux récupérés et de pompes à eau utilisant l'énergie solaire ou toute autre énergie renouvelable utilisée dans le secteur agricole ; les services fournis par les compagnies d'assurance et de réassurance ; les redevances et droits de licence inclus dans la base d'imposition de la TVA à l'importation, à concurrence du montant de la TVA payée à l'importation au titre de ces redevances et droits de licence, les fournitures scolaires et les produits et matériaux entrant dans leur composition.
Les modes de calcul et de déclaration
La TVA est imposée sur toutes les activités industrielles, commerciales et artisanales, les services rendus au Maroc et les opérations d'importation. Toute personne assujettie à la TVA doit s'enregistrer en faisant une "déclaration d'existence" dans les 30 jours suivant le début de ses activités. Les déclarations de TVA sont généralement déposées mensuellement. Les contribuables non-résidents qui effectuent des opérations imposables au Maroc doivent désigner un représentant fiscal dans le pays. Toutefois, en vertu du mécanisme d'autoliquidation, si un contribuable non-résident n'a pas désigné de représentant fiscal, le client marocain doit déclarer et comptabiliser la TVA sur la transaction dans sa propre déclaration de TVA.
Les autres taxes à la consommation
Des droits d'accise sont prélevés sur plusieurs produits, notamment les boissons alcoolisées, les boissons énergisantes, le tabac, le sucre, les produits pétroliers, les lubrifiants, etc.
Les billets d'avion pour les vols internationaux au départ des aéroports marocains sont taxés à 100 dirhams pour la classe économique et à 400 dirhams pour les classes affaires et première.

Retour vers le haut

Les taxes sur le revenu des personnes

La distinction entre résident et non-résident
Une personne physique est considérée comme résidente au Maroc si : elle dispose d'un foyer permanent d'habitation dans le pays ; elle a le centre de ses intérêts économiques ou exerce des activités professionnelles au Maroc ; ou elle séjourne dans le pays pendant plus de 183 jours au cours d'une période de 365 jours.
 

Le taux standard

Taux progressif  De 0 à 38%
jusqu'à 30 000 MAD 0%
de 30 001 à 50 000 MAD 10%
de 50 001 à 60 000 MAD 20%
de 60 001 à 80 000 MAD 30%
de 80 001 à 180 000 MAD 34%
plus de 180 000 MAD 38%
 
Les déductions et les crédits d'impôt
Les retenues sur le salaire brut concernent principalement les cotisations de sécurité sociale, les cotisations de retraite et une retenue forfaitaire égale à 25 % du salaire brut pour les revenus n'excédant pas 78 000 dirhams (avec un plafond de 35 000 dirhams par an).
La déduction applicable aux pensions et rentes viagères est fixée à 70 % du montant brut imposable ne dépassant pas 168 000 dirhams.

Les cotisations de bienfaisance sont déductibles si elles sont accordées à des organismes et sociétés expressément prévus par la loi fiscale. Les intérêts d'emprunt liés à l'acquisition d'une résidence principale sont déductibles dans la limite de 10 % du revenu global imposable.

Certaines indemnités telles que l'indemnité de licenciement, l'indemnité de départ volontaire et l'indemnité de dommages et intérêts accordée en cas de licenciement sont exonérées d'impôt dans la limite d'un million de dirhams. Toutefois, si une personne reçoit plusieurs indemnités, le montant total cumulé de ces indemnités exonérées de l'impôt sur le revenu ne peut dépasser la limite précitée de 1 million.

Les dépenses professionnelles engagées dans le cadre de l'exploitation de l'entreprise sont généralement déductibles, à moins qu'elles ne soient spécifiquement exclues. Le plafond des frais professionnels déductibles du revenu brut annuel imposable a été porté de 30 000 à 35 000 dirhams pour les personnes physiques dont le revenu brut annuel imposable ne dépasse pas 78 000 dirhams. Pour les personnes dont le revenu brut annuel imposable dépasse 78 000 dirhams, le taux de déduction est fixé à 25 %, dans la limite de 35 000 dirhams. Par ailleurs, la déduction des pensions et rentes viagères a été portée de 60 % à 70 % sur le montant brut imposable n'excédant pas 168 000 dirhams.
Les régimes spéciaux concernant les expatriés
Les personnes physiques ayant leur résidence principale au Maroc sont imposées sur la totalité de leurs revenus. Les personnes physiques non résidentes ne sont imposées que sur les revenus de source marocaine.
Il n'existe pas de régime spécial pour les expatriés (sauf si une convention de double imposition s'applique).
L'imposition sur la richesse
Les gains en capital provenant de la vente d'un bien immobilier sont généralement imposés à 20 % dans le cadre du revenu ordinaire, avec un minimum de 3 % du prix de vente. La vente d'une action d'une société résidente est taxée à 10 %.
Les plus-values résultant de l'aliénation de biens immobiliers sont généralement soumises à un impôt de 20 %, comme celles résultant de l'aliénation d'actions. Les plus-values provenant de la cession d'une résidence utilisée comme résidence principale pendant au moins six ans sont exonérées d'impôt.

Les revenus locatifs sont soumis à l'impôt sur le revenu des personnes physiques (sur la base du montant brut) aux taux suivants : 10 % pour les revenus bruts annuels inférieurs à 120 000 dirhams, et 15 % pour les revenus bruts annuels égaux ou supérieurs à 120 000 dirhams.

L'impôt communal est prélevé au taux de 10,5 % de la valeur locative des biens immobiliers situés dans les communes urbaines et de 6,5 % de la valeur locative des biens immobiliers situés dans les zones périphériques des communes urbaines.

Les salariés doivent cotiser à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), comme suit : allocation sociale 4,48% ; soins médicaux obligatoires 2,26%.

Le Maroc ne prélève pas d'impôt sur la fortune, d'impôt sur le patrimoine, de droits de succession ou de donation.

Retour vers le haut

Les conventions de non double imposition

Les pays avec lesquels une convention de non double imposition a été signée
Liste des conventions de double imposition signées par le Maroc
Les retenues à la source
Les dividendes versés à une société résidente ne sont pas soumis à une retenue à la source. Une retenue à la source de 12,5 % s'applique aux dividendes versés à une personne physique résidente, tandis que le taux pour une société ou une personne physique non résidente est de 10 %.
Les intérêts versés à une société résidente sont soumis à une retenue à la source de 20 %. Une retenue à la source de 30 % s'applique aux intérêts versés à une personne physique résidente. Les intérêts payés sur un prêt consenti par un non-résident sont soumis à une retenue à la source de 10 %, à moins qu'une convention fiscale applicable n'en réduise le taux. Les intérêts sur les prêts accordés par un non-résident pour une durée de 10 ans ou plus sont exonérés de retenue à la source.
Les redevances payées à un résident sont exonérées de retenue à la source, tandis que les redevances payées à un non-résident sont soumises à une retenue à la source de 10 %.
Les taux peuvent varier en fonction de conventions fiscales spécifiques.
Les accords bilatéraux
La France et le Maroc sont liés par une convention de non double imposition.
Celle-ci a été signée à Paris le 29 mai 1970 et est entrée en vigueur le 1er décembre 1971.
Elle a été modifiée par l'avenant du 18 août 1989 (entré en vigueur le 1er décembre 1990).
Elle tend à éliminer les doubles impositions et à établir des règles d'assistance mutuelle administrative en matière fiscale.
Télécharger la convention en français.

Retour vers le haut

Les sources d'information fiscale

Les autorités fiscales
Direction générale des Impôts
Ministère de l'Economie et des Finances
Les autres ressources utiles
Agence marocaine d'investissement et d'exportation
Guide fiscal marocain
Les guides
Guide fiscal PwC - Maroc

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juillet 2024

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par eexpand.

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo