S'implanter

drapeau Tunisie Tunisie : La fiscalité et la comptabilité

Dans cette page : Les taxes sur les sociétés | Les règles comptables | Les taxes à la consommation | Les taxes sur le revenu des personnes | Les conventions de non double imposition | Les sources d'information fiscale

 

Les taxes sur les sociétés

La distinction entre société résidente et société étrangère
Une société est considérée comme résidente à des fins fiscales si elle est enregistrée ou si elle a son siège de direction effective en Tunisie.
 

Le taux standard

Impôt sur les sociétés - Taux standard 15 %
Taux réduit - 10 - Les bénéfices réalisés dans le cadre de projets industriels ou commerciaux bénéficiant du programme d'emploi des jeunes ou du fonds national pour la promotion de l'artisanat et des petites entreprises.
- Les activités de soutien et de lutte contre la pollution.
- Les entreprises exerçant des activités artisanales, agricoles, de pêche et d'armement de bateaux de pêche.
- Les groupes de commerce de détail organisés en tant que coopératives de services dans le cadre de la législation générale sur la coopération.
- Les coopératives de services établies entre les producteurs pour la vente en gros de leurs produits.
- Les coopératives de consommateurs régies par la législation générale en matière de coopération.
- Les entreprises opérant dans les zones de développement régional après l'expiration de la période de déduction totale.
- Bénéfices dérivés d'investissements dans les secteurs de l'agriculture ou de la pêche à la fin de la période de déduction totale.
Taux spécial - 35 % - Les banques (y compris les banques islamiques) et les institutions financières (sociétés de crédit-bail, sociétés d'affacturage, banques d'investissement).
- Les institutions financières offshore régies par le code relatif aux services financiers destinés aux non-résidents, uniquement pour les bénéfices tirés des services fournis aux personnes non-résidentes.
- Sociétés d'investissement (SICAF et SICAR).
- Les sociétés d'assurance, de mutualité et de réassurance.
- Sociétés d'assurance et de réassurance Takaful.
- Sociétés de recouvrement de créances.
- Opérateurs de télécommunications.
- Les bénéfices tirés des services liés au secteur des hydrocarbures (énumérés par l'article 130-1 du code des hydrocarbures promulgué par la loi 1999-93).
- Les entreprises qui rendent des services aux entreprises opérant dans le domaine du pétrole et du gaz.
- Les sociétés opérant dans la production et le transport d'hydrocarbures et régies par des conventions particulières, ainsi que les sociétés opérant dans le transfert d'hydrocarbures par oléoduc.
- Les entreprises opérant dans le secteur du raffinage du pétrole et de la vente en gros de produits d'hydrocarbures.
- Les hypermarchés (surface construite supérieure à 3 000 m² ou surface de vente supérieure à 1 500 m²).
- Les concessionnaires automobiles.
- Les franchisés d'une marque ou d'une enseigne étrangère, à l'exception des entreprises dont le taux d'intégration est égal ou supérieur à 30 %.
Sociétés soumises au taux de 35% et dont les actions sont admises à la Bourse des Valeurs Mobilières de Tunis au plus tard le 31 décembre 2024 20 % (au lieu de 35 %) pendant cinq ans pour l'année d'admission
Impôt minimum sur les sociétés
(pour les sociétés qui réalisent des pertes ou si l'impôt sur les sociétés dû est inférieur à l'impôt minimum sur les sociétés)
Un taux d'imposition de 0,2% du chiffre d'affaires local, TVA comprise, avec un minimum de 500 DT, est applicable si une entreprise, soumise à un taux d'IS de 20%, 35% ou 15%, réalise des pertes ou si l'IS dû à ces taux est inférieur au minimum d'impôt sur les sociétés de 0,2% du chiffre d'affaires local, TVA comprise.
Pour les entreprises soumises à un taux d'IS de 10% et les entreprises vendant des produits à prix réglementés et dont la marge brute ne dépasse pas 6%, le minimum d'impôt sur les sociétés est ramené à 0,1% du chiffre d'affaires brut, avec un plafond de 300 DT.
 
Le taux d'imposition pour les sociétés étrangères
Les sociétés résidentes sont imposées sur l'ensemble de leurs revenus (nationaux et internationaux) alors que les sociétés non-résidentes ne sont imposées que sur les revenus réalisés en Tunisie.
La Tunisie ne prévoit pas de crédit d'impôt étranger unilatéral.
Une succursale d'une société étrangère est soumise aux mêmes obligations comptables et fiscales qu'une société nationale.
La taxation des plus-values
Les plus-values sont incluses dans le revenu ordinaire et sont imposées au taux normal de l'impôt sur le revenu des sociétés. Les plus-values sont calculées comme la différence entre le prix de vente, qui est censé être égal à la juste valeur marchande, et la valeur comptable nette. En cas de fusion, les plus-values résultant du transfert d'actifs, autres que les stocks, sont déductibles du revenu imposable de la société fusionnée et doivent être réintégrées au revenu imposable de la société absorbante à hauteur de 50 % de leur montant, étalé sur cinq ans.
Les déductions et les crédits d'impôt
Tous les impôts dus par l'entreprise sont considérés comme des charges fiscalement déductibles, à l'exception de l'impôt sur les sociétés et des contributions sociales de solidarité. Les charges d'intérêt relatives aux emprunts contractés par l'entreprise et nécessaires à son bon fonctionnement sont déductibles fiscalement, alors que les amendes et pénalités ne le sont pas (contrairement aux pénalités contractuelles). Les charges d'intérêt, y compris les commissions et les frais bancaires, encourues au titre des emprunts de la société indispensables à son fonctionnement sont éligibles à la déduction fiscale. En outre, les intérêts débiteurs sur les comptes courants d'associés sont déductibles, avec un taux maximum de 8 %, à condition que le capital soit entièrement libéré et que la rémunération ne dépasse pas 50 % du capital ; toutefois, ce taux de 8 % ne s'applique pas aux banques.

Selon la législation fiscale tunisienne, les pertes fiscales sont divisées en deux catégories : les pertes d'exploitation et les amortissements différés. Les pertes d'exploitation peuvent être reportées sur une période maximale de cinq ans, à compter de l'année qui suit celle de leur enregistrement. En revanche, les amortissements différés peuvent être reportés indéfiniment, à partir de l'année qui suit celle où ils ont été enregistrés. Le report des pertes sur les années antérieures n'est pas autorisé.
La provision pour créances douteuses est déductible à hauteur de 50 % du revenu imposable (après déduction des revenus non imposables et réintégration des coûts non déductibles).
Un crédit d'impôt étranger est disponible pour les entreprises qui résident dans des pays ayant signé une convention de double imposition avec la Tunisie.
Les contributions caritatives sont soit entièrement déductibles (dans les cas où elles sont accordées notamment à l'État, aux collectivités locales et aux entreprises publiques, ainsi qu'aux organisations dédiées à la promotion du handicap), soit dans la limite de 0,2 % des recettes dans les autres cas.

La loi de finances 2024 accorde aux entreprises nouvellement créées une exonération de quatre ans de l'impôt sur les sociétés (IS) et de l'impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) si elles soumettent une déclaration d'investissement en 2024 ou 2025. Cette première année d'exonération commence à la date du début des activités et se termine le 31 décembre de la même année. Ces entreprises doivent commencer leurs activités dans un délai de deux ans à compter de l'obtention de la déclaration d'investissement et respecter les normes comptables tunisiennes. Les entreprises situées dans les zones de développement régional éligibles à la déduction de l'IS sur les bénéfices provenant d'investissements réalisés sur cinq ou dix ans peuvent bénéficier de l'exonération de quatre ans avant la période de déduction totale de cinq ou dix ans. Toutefois, certaines activités figurant sur la liste noire sont exclues de cette exonération de l'impôt sur le revenu des personnes physiques et de l'impôt sur les sociétés.
Les autres taxes sur les sociétés
Les municipalités prélèvent une taxe foncière (RET), dont les taux varient. Une taxe sur les collectivités locales (LAT) est versée à la collectivité locale au taux de : 0,2 % du chiffre d'affaires total de l'entité, avec un minimum calculé sur la base du nombre de mètres carrés de construction utilisés par l'entité ; 0,1 % du chiffre d'affaires provenant de l'exportation tel que défini par la législation en vigueur.

Les droits de timbre sont généralement dus sur certains contrats expressément désignés et sur les factures (1 TND pour les factures). L'enregistrement de certaines opérations est obligatoire. Dans ces cas, les droits d'enregistrement sont expressément déterminés par le code des droits d'enregistrement et de timbre. Certaines opérations sont soumises à des droits d'enregistrement proportionnels (5 % pour les droits de mutation immobilière, 3 % pour l'acquisition de logements sociaux auprès des promoteurs immobiliers pour la tranche supérieure à 500 000 TND - 2,5 % en cas de cession de fonds de commerce).

Une taxe hôtelière est due par les entités qui travaillent avec des touristes, qui fournissent l'hébergement, la nourriture et les boissons ou qui organisent des activités de loisirs pour les clients, au taux de 2 % du chiffre d'affaires brut généré par le tourisme et les activités connexes. Une taxe du Fonds de développement du secteur touristique est prélevée sur les entités opérant dans le secteur du tourisme au taux de 1 % du chiffre d'affaires (hors TVA).
Un droit de timbre de 100 millimes par ticket de caisse délivré aux clients est dû par les grandes surfaces commerciales et les magasins à rayons multiples relevant de la direction des grandes entreprises (DGE) ou de la direction des moyennes entreprises (DME), et les exploitants d'une marque ou d'une enseigne commerciale étrangère.

Le système tunisien de sécurité sociale est financé par les cotisations des employeurs (16,57 %, réduit à 16,07 % pour les entreprises totalement exportatrices) et des salariés (9,18 %) sur la base des salaires. Les employeurs sont également tenus de verser une prime pour les accidents du travail allant de 0,4 % à 4 % du salaire. Les employeurs perçoivent les cotisations de sécurité sociale de chaque employé et les paient en leur nom. Les cotisations à la CSS ont été augmentées avec la loi de finances 2023, comme suit :

- 4% avec un minimum de 500 TND pour les entreprises soumises à un taux d'impôt sur les sociétés de 35% (banques, compagnies d'assurance, opérateurs de télécommunications, entreprises opérant dans le secteur pétrolier, hypermarchés, etc.)

- 3 % avec un minimum de 400 DT pour les entreprises soumises au taux normal de l'impôt sur les sociétés de 15 % et à un taux de 20 % pour les entreprises faisant appel public à l'épargne par le biais d'une introduction en bourse.

- 3 % avec un minimum de 200 TND pour les entreprises soumises à un taux réduit d'impôt sur les sociétés de 10 %. Ceci s'applique particulièrement aux entreprises des secteurs de l'agriculture et de la pêche.

Les entreprises sont également soumises à la taxe de formation professionnelle (2% du montant brut des salaires ; 1% pour les entreprises industrielles manufacturières).

Les employeurs établis en Tunisie, qu'ils soient ou non assujettis à l'impôt sur le revenu, sont soumis à une taxe sociale sur les logements, calculée à hauteur de 1 % du montant brut des salaires versés à leurs employés, y compris les avantages en nature.

Le parlement tunisien a approuvé la loi de finances pour 2024. Les principales mesures de la loi comprennent une augmentation de la taxe sur le chiffre d'affaires des restaurants touristiques, des cafés de deuxième et troisième catégories et des salons de thé de 1 % à 3 %, ainsi que l'extension de cette taxe aux hébergements touristiques, aux bars et aux fabricants de boissons gazeuses et alcoolisées. En outre, la taxe sur le chiffre d'affaires des boîtes de nuit et des clubs non affiliés à une institution touristique passe de 3 à 5 %. La loi élargit également le champ d'application de la taxe sur l'hébergement touristique et augmente le prix de la nuitée pour les étrangers de 1 à 4 TND pour les hébergements 2 étoiles, de 2 à 8 TND pour les hébergements 3 étoiles, et de 3 à 12 TND pour les hébergements 4 étoiles et 5 étoiles, la taxe maximale étant désormais calculée sur 15 nuits consécutives au lieu de 7. En outre, la loi introduit une contribution temporaire de 4% sur les bénéfices imposables des banques, des institutions financières et des compagnies d'assurance et de réassurance pour les années 2024 et 2025, avec une contribution annuelle minimale de 10 000 TND.
Les autres ressources utiles
Direction générale des impôts (DGI)
 

Comparaison internationale de la fiscalité des entreprises

  Tunisie Moyen-Orient & Afrique du nord Etats-Unis Allemagne
Nombre de paiements de taxes par an 8,0 20,8 10,6 9,0
Temps requis pour les formalités administratives en heures 144,0 204,0 175,0 218,0
Montant total des taxes en % des profits 60,7 32,1 36,6 48,8

Source : The World Bank - Doing Business, Dernières données disponibles.

Retour vers le haut

Les règles comptables

 

Le système comptable

Les normes comptables
Les principes comptables tunisiens, établis par le Conseil National de la Comptabilité, sont applicables à toutes les sociétés locales et étrangères. Les IFRS et les IFRS pour PME n'ont pas été adoptées et leur adoption n'est pas à l'ordre du jour dans un futur proche.
Les organismes comptables
OECT, Ordre des experts-comptables de Tunisie
Compagnie des comptables de Tunisie (CCT), Pas de site internet
Conseil national de la comptabilité, Site en français
Les lois comptables
La source principale de réglementation en matière comptable en Tunisie est la loi n°96-112 du 30 décembre 1996 relative au système comptable des entreprises et aux usages professionnels.
Les normes comptables comportent une norme comptable générale, des normes techniques ainsi que des normes sectorielles.
L'écart entre les normes nationales et les normes internationales (IAS/IFRS)
Le Conseil National de la Comptabilité (CNC) a émis les normes comptables tunisiennes (TAS), qui ne sont pas en ligne avec l'IFRS. Les TAS sont mises en place par le Ministère des Finances par le biais des décretsz ministériels. Toutes les entités doivent appliquer les TAS dans la préparation de leur bilan financier. Les régulateurs tels que la Banque centrale de Tunisie complètent les critères des TAS par des réglementations comptables limitées supplémentaires pour les entités relevant de leut compétence.
 

Les pratiques comptables

L'année fiscale
Du 1er janvier au 31 décembre.
La structure des comptes
Le rapport annuel doit comporter le bilan, le compte de résultats, l'annexe, le tableau de financement (obligatoire pour les grandes entreprises)
Les obligations de publication
Le Conseil du Marché Financier est responsable du contrôle du respect des obligations de publication pour les entreprises faisant un appel public à l'épargne. Ceci inclut toutes les entreprises cotées en bourse, toutes les compagnies d'assurances, toutes les banques, les sociétés avec plus de 100 actionnaires, etc... Le Conseil a également pour attribution de vérifier la conformité des informations fournies ou publiées avec les exigences légales et réglementaires. Les comptes doivent être certifiés annuellement.
 

La profession comptable

Les corps de métiers
La profession comptable en Tunisie est organisée dans le cadre de deux corporations professionnelles (l'Ordre des Experts Comptables de Tunisie et la Compagnie des Comptables de Tunisie) régie par la loi n°88-108 du 18 août 1988 portant refonte de la législation relative à la profession d'expert comptable et la loi n° 2002-16 du 4 février 2002.

Le comptable prend en charge les obligations légales de l'entreprise en matière de la comptabilité.
L'expert-comptable certifie les comptes des entreprises.
Le commissaire aux comptes certifie les comptes effectués par l'expert-comptable (pour les sociétés de plus de 50 salariés, les sociétés par action et les sociétés anonymes).
Les organismes professionnels
L'Ordre des Experts-Comptables de Tunisie
L'adhésion à l'IFAC (International Federation of Accountants)
L'Ordre des Experts-Comptables de Tunisie est membre de la Fédération Internationale des Comptables (IFAC).
L'adhésion à d'autres fédérations de comptables
Fédération arabe des comptables et auditeurs, Fédération panafricaine des comptables, Fédération des comptables méditerranéens, Fédération internationale des comptables francophones
Les organismes d'audit
Les entreprises doivent faire appel à un commissaire aux comptes certifié pour réaliser un audit annuel de leurs états financiers. Vous pouvez contacter Ernst & Young et L'Ordre des Experts Comptables de Tunisie.
 

Consultez French Desk pour trouver les sociétés d'audit et de conseil prêtes à vous accompagner en Tunisie.

 

Retour vers le haut

Les taxes à la consommation

La nature de la taxe
Value-added tax (VAT) - Taxe sur la Valeur Ajoutée (VAT)
Le taux standard
19 %
Le taux réduit
Un taux réduit de 7 % s'applique au transport de marchandises, aux activités des médecins et des laboratoires d'analyse, aux équipements de recharge pour véhicules électriques, aux matériaux et fournitures pour produits pharmaceutiques, aux activités touristiques et aux véhicules entièrement électriques.

Les opérations suivantes sont soumises à un taux réduit de 13 % :

  • Ventes d'électricité basse tension pour la consommation résidentielle.
  • Vente d'électricité moyenne et basse tension utilisée pour l'irrigation agricole par le biais d'équipements de pompage d'eau.


En outre, il existe des règles fiscales spécifiques pour les ventes de bâtiments construits à des fins d'habitation :

  • Les promoteurs immobiliers sont autorisés à déduire la TVA grevant le stock détenu au 31 décembre 2017 pour les bâtiments exclusivement destinés à l'habitation.
  • Toutefois, cette déduction de la TVA n'entraîne pas la possibilité de rembourser un éventuel crédit de TVA non imputé.


Les exportations et les services connexes sont détaxés.

La loi de finances 2023 a pour objectif de limiter les taux de TVA à deux niveaux (19 % et 7 %) et de supprimer progressivement le taux de 13 % :

À partir de 2023, les activités suivantes seront soumises à un taux d'imposition de 19 % au lieu de 13 % :

  • Architectes et ingénieurs-conseils.
  • Dessinateurs, géomètres et topographes, à l'exception des services liés à l'enregistrement des terres agricoles.
  • Avocats, notaires, avocats-notaires et interprètes.
  • Conseillers fiscaux.
  • Prestataires de services comptables.

Experts et consultants, quelle que soit leur spécialisation.

En outre, les services médicaux et de chirurgie esthétique sont désormais taxés à un taux de TVA de 19 % au lieu de 7 %.

Les exemptions de taxe à la consommation
Les intérêts bancaires, les transports maritimes et aériens et certains produits alimentaires sont exonérés. Les commissions sur les paiements électroniques par terminal, internet ou téléphone mobile ne sont pas soumises à la TVA et la marge réalisée par les distributeurs de téléphones à recharge électronique et de cartes de recharge de temps d'antenne est également exonérée.
L'agriculture est exclue du champ d'application de la TVA.
Les entreprises totalement exportatrices, les compagnies pétrolières et gazières, leurs contrats et leurs sous-traitants peuvent acquérir certains biens et services en franchise de TVA.
Les modes de calcul et de déclaration
La TVA due sur les achats nécessaires à la réalisation d'opérations soumises à la TVA est déductible de la TVA collectée sur le chiffre d'affaires. Cette opération est effectuée lors du dépôt de la déclaration mensuelle de TVA. Si la TVA due au titre d'un mois donné ne permet pas de déduire la totalité de la TVA supportée par l'entreprise pour la réalisation d'opérations sur lesquelles la TVA est due, le montant restant constitue un crédit de taxe qui sera déduit les mois suivants ou remboursé dans certaines conditions. Il n'y a pas de seuil d'enregistrement à la TVA, sauf pour les commerçants de détail, qui est fixé à 100 000 TND. La déclaration et le paiement se font sur une base mensuelle.
Les autres taxes à la consommation
Aucune taxe d'accise n'est prélevée en Tunisie.
Une taxe de résidence hôtelière est appliquée aux clients âgés de plus de 12 ans, aux taux suivants : 1 TND pour chaque nuit passée dans un hôtel 2 étoiles (4 TND pour les étrangers) ; 2 TND pour chaque nuit passée dans un hôtel 3 étoiles (8 TND pour les étrangers) ; 3 TND pour chaque nuit passée dans un hôtel 4 ou 5 étoiles (12 TND pour les étrangers). Les clients doivent payer la taxe pour un maximum de sept nuits.
Une taxe hôtelière est due par les entités qui travaillent avec des touristes, fournissent un hébergement, de la nourriture et des boissons, ou organisent des activités de loisirs pour les clients, au taux de 2 % du chiffre d'affaires brut généré par le tourisme et les activités connexes (payable mensuellement avant le 28e jour du mois suivant). Une taxe du Fonds de développement du secteur touristique est prélevée sur les entités opérant dans le secteur du tourisme au taux de 1 % du chiffre d'affaires (hors TVA).

Retour vers le haut

Les taxes sur le revenu des personnes

La distinction entre résident et non-résident
Une personne physique est considérée comme résidente en Tunisie si elle : a sa résidence principale (domicile) dans le pays ; ou a son habitation principale à l'étranger mais séjourne en Tunisie pendant au moins 183 jours par année civile, de manière continue ou discontinue.
 

Le taux standard

Impôt sur le revenu (IR) Taux progressif de 0 à 35 %
0 - 5 000 TND 0% (contribution de solidarité non due par les personnes physiques réalisant exclusivement des traitements, salaires, pensions et rentes viagères dont le revenu annuel net ne dépasse pas 5.000 DT)
5 001 - 20 000 TND 26 % + 0,5 % de contribution de solidarité
20 001 - 30 000 TND 28% + 0,5 % de contribution solidaire
30 001 - 50 000 TND 32% + 0,5 % de contribution solidaire
Au-delà de 50 000 TND 35% + 0,5 % de contribution solidaire
 
Les déductions et les crédits d'impôt
Certaines déductions sont autorisées : pour le chef de famille, elle est de 300 TND ; pour les enfants à charge, elle est de 100 TND par enfant jusqu'à quatre enfants à charge. Une déduction de 2 000 TND par enfant handicapé est accordée.
Une déduction est accordée pour chaque parent à charge du contribuable (plafonnée à 5 % du revenu imposable avec un maximum de 450 TND par parent à charge).
Une déduction d'un montant de 1 000 TND est accordée pour chaque enfant qui poursuit des études supérieures sans bourse et qui est âgé de moins de 25 ans au 1er janvier de l'année d'imposition.
Les primes d'assurance-vie sont déductibles si les contrats d'assurance comportent l'une des garanties prévues par la loi, dans la limite de 100 000 TND, la déduction étant soumise à un impôt minimum sur le revenu des personnes physiques (IRPP) s'élevant à 45 % de l'IRPP dû sur le revenu avant la déduction. En outre, les intérêts perçus sur les contrats d'épargne-logement sont exonérés de l'impôt sur le revenu des personnes physiques.

Des exonérations sont prévues pour
- les intérêts sur les dépôts ou les actions en devises ou en dinars convertibles ;
- les intérêts sur les comptes d'épargne-logement ;
- les intérêts sur les comptes d'épargne spéciaux ou les obligations, dans une certaine limite ;
- les dividendes payés par les sociétés résidentes, si le total annuel est inférieur à 10 000 TND.
Les régimes spéciaux concernant les expatriés
Les résidents sont imposés sur l'ensemble de leurs revenus (nationaux et internationaux) alors que les non-résidents ne sont imposés que sur les revenus perçus en Tunisie.
Pour les personnes physiques non résidentes fiscales tunisiennes, les revenus d'emploi de source tunisienne sont soumis à une retenue à la source à la charge du débiteur établi en Tunisie, dont les taux varient en fonction de la nature des revenus.
Les salariés étrangers recrutés par les entreprises totalement exportatrices et les salariés travaillant en Tunisie pour une période ou des périodes n'excédant pas six mois par exercice fiscal peuvent bénéficier du paiement de l'IRP au taux réduit de 20 % des revenus bruts. Cette disposition s'applique également aux sociétés basées dans les zones franches, aux institutions financières travaillant principalement avec des résidents non tunisiens, et à certaines sociétés pétrolières et gazières.
L'imposition sur la richesse
Les plus-values provenant de la cession des biens immobiliers détenus en Tunisie, ainsi que des parts de sociétés civiles immobilières, sont soumises à l'impôt sur le revenu aux taux suivants : 10% si le bien a été vendu après une période de cinq ans, à compter de la date de son acquisition ; ou 15% si le bien a été vendu avant l'expiration d'une période de détention de cinq ans.

L'héritage de biens mobiliers et immobiliers, des ancêtres et des descendants, est soumis à des droits d'enregistrement de 2,5 % sur la base de la valeur du bien hérité (5 % pour les frères et sœurs ; 25 % pour les oncles, tantes, neveux, nièces et cousins ; 35 % pour les parents au-delà du quatrième degré et les personnes non apparentées).
Une taxe foncière locale est prélevée proportionnellement à la taille de l'immeuble, en plus d'une taxe foncière de 1,5 % du montant de la propriété immobilière.
Les salariés cotisent à la sécurité sociale à hauteur de 9,18 % de leur salaire.

La loi de finances 2023 a institué un impôt sur la fortune immobilière de 0,5 % pour toute personne physique résidente en Tunisie dont la valeur du patrimoine immobilier est égale ou supérieure à 3 millions TND, à l'exclusion de la résidence principale et des biens affectés à l'activité professionnelle (article 23). La loi prévoit également la réduction, pour la période 2023-2025, du taux de la contribution sociale de solidarité de 1% à 0,5% pour les personnes physiques soumises à l'impôt sur le revenu des personnes physiques.

Retour vers le haut

Les conventions de non double imposition

Les pays avec lesquels une convention de non double imposition a été signée
Liste des conventions de double imposition signées par la Tunisie, PwC
Les retenues à la source
Dividendes : 0 (sociétés résidentes)/10%/25% (payés à une société non-résidente située dans une juridiction à régime fiscal privilégié) ; Intérêts : 20% (payés aux résidents)/10% (non-résidents)/25% (payés à une société non-résidente située dans une juridiction à régime fiscal privilégié) ; Redevances : 0 (résidents)/15% (non-résidents)/25% (résidents dans des juridictions à faible taux d'imposition).
Les accords bilatéraux
La France et la Tunisie sont liées par une convention de non double imposition.
Celle-ci a été signée à Tunis le 28 mai 1973, et est entrée en vigueur le 1er avril 1975.
Elle tend à éliminer les doubles impositions et à établir des règles d'assistance mutuelle administrative en matière fiscale.
Télécharger la convention en français.

Retour vers le haut

Les sources d'information fiscale

Les autorités fiscales
Direction générale des impôts (DGI)
Ministère des finances
Les autres ressources utiles
Invest in Tunisia (FIPA)
Les guides
Guide fiscal PwC - Tunisie

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juin 2024

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par eexpand.

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo