S'implanter

drapeau Turquie Turquie : La fiscalité et la comptabilité

Dans cette page : Les taxes sur les sociétés | Les règles comptables | Les taxes à la consommation | Les taxes sur le revenu des personnes | Les conventions de non double imposition | Les sources d'information fiscale

 

Les taxes sur les sociétés

La distinction entre société résidente et société étrangère
Une société est considérée comme une entité résidente aux fins de l'impôt turc si son siège légal ou son lieu de gestion est situé dans le pays.
 

Le taux standard

Taux d'imposition des sociétés Suite à la loi n° 7456 publiée le 15 juillet 2023, le taux de l'impôt sur les sociétés est passé de 20 % à 25 % pour les entreprises autres que celles du secteur financier.
Entreprises du secteur financier Suite à la loi numéro 7456 publiée le 15 juillet 2023, le taux de l'impôt sur les sociétés est passé de 25 % à 30 % pour les entreprises du secteur financier (telles que les banques, les sociétés de crédit-bail, les institutions de paiement électronique et les institutions monétaires, les sociétés de gestion d'actifs, les institutions du marché des capitaux, les compagnies d'assurance, les sociétés de pension privées).
Les entreprises (autres que les banques, les institutions financières, les compagnies d'assurance et les fonds de pension) qui offrent au moins 20 % de leurs actions dans le cadre de leur première offre publique initiale (IPO) à la bourse d'Istanbul 23 % pendant cinq ans à compter de l'année de l'introduction en bourse
 
Le taux d'imposition pour les sociétés étrangères
Les sociétés résidentes, dont le siège légal ou le lieu de gestion se trouve en Turquie, sont des contribuables à part entière et sont imposées sur leurs revenus mondiaux. Les sociétés non résidentes sont des contribuables limités et ne sont imposées que sur les revenus provenant de la Turquie.
Les succursales sont imposées uniquement sur les revenus tirés des activités en Turquie car elles sont considérées comme des entités non-résidentes aux fins de l'impôt turc. Les bénéfices des succursales sont soumis à l'impôt turc sur le revenu au taux de 25 % (comme pour les filiales).
Les bénéfices de la succursale transférés au siège sont soumis à la retenue à la source sur les dividendes au taux de 10 %, à compter du 22 décembre 2021 (auparavant, la retenue à la source était de 15 %). Il existe des conventions fiscales signées par la Turquie qui prévoient des taux de retenue inférieurs à 10 % sur les dividendes sous certaines conditions (applicables sous réserve du respect des conditions d'éligibilité à la convention).
La taxation des plus-values
Les plus-values réalisées par une société sont généralement imposables en tant que revenu ordinaire de la société. Toutefois, des exemptions s'appliquent comme suit : (i) 75 % des plus-values provenant de la vente de participations et (ii) 25 % des plus-values provenant de la vente de biens immobiliers acquis avant le 15 juillet 2023 sont exonérées de l'impôt sur les sociétés si les conditions suivantes sont remplies :
- La participation ou le bien immobilier a été détenu pendant au moins deux ans ;
- Les gains sont conservés sur un compte de fonds spécial dans les capitaux propres pendant cinq ans à compter de l'année de la vente et ne sont pas transférés sur un autre compte au cours de cette période, à l'exception des transferts sur le compte de capital par le biais d'un apport en capital ;
- la contrepartie de la vente est perçue avant la fin de la deuxième année civile suivant l'année de la vente ; et
- La société ne détient pas la participation ou le bien dans le cadre d'une activité ordinaire impliquant le commerce de participations ou de biens.

Les plus-values réalisées par une société holding internationale lors de la vente de participations étrangères sont exonérées de l'impôt sur les sociétés, à condition que la participation étrangère ait été détenue pendant au moins deux ans. Pour être qualifiée de "société holding internationale", une société résidente doit remplir les conditions suivantes :
- Il doit s'agir d'une société par actions ;
- Au moins 75 % de ses actifs totaux (à l'exclusion des liquidités) doivent être constitués de participations étrangères détenues pendant une période ininterrompue d'au moins un an ;
- Elle doit détenir au moins 10 % du capital de chaque participation étrangère ; et
- La participation étrangère doit prendre la forme d'une société par actions ou d'une société à responsabilité limitée.
Les déductions et les crédits d'impôt
Les dépenses qui peuvent être déduites de l'assiette de l'impôt sur les sociétés comprennent les dépenses ordinaires et nécessaires encourues dans le cadre de l'activité générale, l'impôt sur les biens immobiliers liés à l'activité, les créances irrécouvrables et les dépenses de recherche et de développement. Jusqu'à la fin de l'année 2028, les entreprises qui réalisent des activités de R&D et de conception admissibles peuvent bénéficier d'un abattement (100 % des dépenses en plus de la déduction de ces dépenses dans les comptes statutaires). En outre, 80 % de l'impôt sur le revenu calculé sur les salaires du personnel de R&D et de conception est exonéré de la retenue à la source (le taux est porté à 95 % pour les employés titulaires d'un doctorat ou d'une maîtrise en sciences fondamentales, et à 90 % pour les employés titulaires d'une maîtrise dans n'importe quel domaine ou d'un diplôme de premier cycle en sciences fondamentales). Les entreprises sont également exonérées du droit de timbre sur les documents liés à la R&D et les biens importés à cette fin sont exonérés de droits de douane. En outre, une augmentation des dépenses de R&D par rapport à l'année précédente (d'au moins 20 %) donne lieu à des déductions supplémentaires.

Les dépenses de démarrage sont considérées comme des dépenses déductibles au fur et à mesure qu'elles sont encourues. De plus, le contribuable a la possibilité de capitaliser ces dépenses et de les amortir sur cinq ans en montants égaux.

Les dons à des associations caritatives répertoriées et pour la construction d'écoles, d'hôpitaux et d'organismes de recherche scientifique sont déductibles à hauteur de 5 % du bénéfice brut de l'entreprise. Sous certaines conditions, les paiements effectués au titre des pensions et des indemnités de licenciement sont déductibles de l'impôt sur le revenu des sociétés.

Les investissements "stratégiques" (tels que définis par le gouvernement, comme les investissements dans la production de produits fortement dépendants des importations) donnent lieu à une déduction allant jusqu'à 100 % de l'impôt sur les sociétés, ainsi qu'à plusieurs autres avantages concernant les droits de douane, les cotisations patronales à la sécurité sociale, etc.
Les bénéfices provenant d'activités de logiciels, de conception et de recherche et développement (R&D) menées uniquement dans les zones de développement technologique sont exonérés de l'impôt sur les sociétés jusqu'au 31 décembre 2028. Les entreprises (à l'exclusion des banques, des institutions financières, des compagnies d'assurance et des fonds de pension) qui offrent au moins 20 % de leurs actions dans le cadre d'une première offre publique (IPO) à la bourse d'Istanbul peuvent bénéficier d'une réduction du taux de l'impôt sur les sociétés de deux points de pourcentage pendant une période de cinq ans, à compter de l'année de l'IPO. Les entreprises tournées vers l'exportation bénéficient d'une réduction de 5 % de l'impôt sur les sociétés pour les revenus provenant exclusivement des activités d'exportation, tandis que les entreprises manufacturières bénéficient d'une réduction de 1 % de l'impôt sur les sociétés pour les revenus provenant exclusivement des activités manufacturières.

Une déduction des intérêts notionnels (NID) est offerte, s'élevant à 50 % des intérêts calculés sur les augmentations en espèces du capital social (pour les sociétés existantes) ou sur les apports en espèces (pour les sociétés nouvellement constituées), sur la base du taux d'intérêt moyen annoncé par la Banque centrale pour les prêts commerciaux libellés en lires turques. Cette déduction est applicable à partir de l'exercice fiscal au cours duquel la résolution relative à l'augmentation de capital en numéraire est enregistrée et est limitée aux quatre exercices fiscaux suivants. Toutefois, pour les augmentations de capital en numéraire réalisées à partir du 26 octobre 2021 et financées par des liquidités provenant de l'étranger, le taux de la NID est porté à 75 %. Notamment, cette déduction n'est pas disponible pour les entités opérant dans les secteurs de la finance, de la banque et de l'assurance, ainsi que pour les entreprises économiques publiques.

Les pertes fiscales peuvent être reportées sur une période maximale de cinq ans. Le report des pertes est interdit. Les redevances et les intérêts versés aux filiales étrangères peuvent être déduits de l'impôt sur le revenu des sociétés lorsque les règles relatives aux prix de transfert et à la capitalisation restreinte sont respectées.

Pour plus d'informations sur les incitations fiscales disponibles, consultez la page dédiée sur le portail de l'administration fiscale.
Les autres taxes sur les sociétés
L'impôt foncier est prélevé sur la base de la valeur imposable des terrains ou des bâtiments, avec des taux fixés à 0,2 % pour les bâtiments, 0,1 % pour les logements, 0,1 % pour les terrains et 0,3 % pour les terrains à bâtir. Ces taux sont doublés pour les propriétés situées dans les grandes villes. L'évaluation des bâtiments repose sur des taux au mètre carré, qui varient en fonction de l'emplacement de la propriété. En outre, les propriétaires doivent verser 10 % de l'impôt foncier annuel à la municipalité pour la protection des biens culturels immeubles ; cette contribution est perçue en même temps que l'impôt foncier. En outre, les municipalités imposent une taxe environnementale sur les bâtiments utilisés à diverses fins, y compris les activités commerciales. La taxe s'applique à des montants fixes, actualisés chaque année en fonction de catégories déterminées. La responsabilité du paiement de la taxe environnementale incombe au résident de l'immeuble, qu'il s'agisse du propriétaire ou du locataire.
Les transferts de biens immobiliers sont soumis à une taxe calculée à hauteur de 4 % de la valeur d'acquisition/de transfert, qui est répartie à parts égales entre l'acheteur et le vendeur.

Le droit de timbre s'applique à un large éventail de documents, y compris les états financiers et les feuilles de paie. Le droit de timbre est perçu en tant que pourcentage de la valeur indiquée sur les accords, à des taux variant entre 0,189 % et 0,948 %. Les paiements de salaires sont soumis au droit de timbre à un taux de 0,759 % sur les montants bruts.

La Turquie prélève une "taxe sur les services numériques" de 7,5 % sur les fournisseurs de services dont les revenus tirés des services numériques au cours de l'année fiscale précédente dépassent 20 millions de TRY en Turquie ou 750 millions d'euros dans le monde. Le président est autorisé à doubler le taux ou à le réduire à 1 %, en fonction du type de service numérique.

Une taxe sur les transactions bancaires et d'assurance est imposée à un taux standard de 5 % sur les frais prélevés par les banques et les compagnies d'assurance. Les banques sont tenues de déduire une contribution au fonds de soutien à l'utilisation des ressources (RUSF) du montant principal des prêts en devises étrangères dont la durée moyenne est inférieure ou égale à trois ans. Les taux de contribution varient : 3 % pour les prêts d'une durée moyenne inférieure à un an, 1 % pour les prêts d'une durée supérieure à un an mais inférieure à deux ans, et 0,5 % pour les prêts d'une durée supérieure à deux ans mais inférieure à trois ans. Les prêts d'une durée moyenne de trois ans ou plus sont exonérés du FSR. En outre, une contribution de 1 % s'applique aux intérêts courus sur les prêts libellés en livres turques (TRY) dont l'échéance moyenne est inférieure à un an, tandis qu'aucune contribution ne s'applique aux prêts libellés en TRY dont l'échéance moyenne est supérieure ou égale à un an. Les importations effectuées à crédit sont soumises à un CSUR de 6 %, avec certaines exemptions. En outre, la taxe sur les transactions bancaires et d'assurance s'étend aux achats de devises auprès des banques, des compagnies d'assurance et des bureaux de change, à un taux de 0,2 %. Le président turc a le pouvoir d'ajuster ce taux, en le réduisant à 0 % ou en l'augmentant à 2 %.

Une "part touristique" est prélevée sur les entreprises désignées à des taux variables, à savoir 0,2 %, 0,5 % et 0,05 % (récemment réduit de 0,075 %) du total des ventes nettes et des revenus de location générés par les investisseurs individuels, les investisseurs personnes morales ou les exploitants d'entreprises touristiques commerciales au sein de ces établissements, respectivement. Ces taux sont réduits de moitié pour les revenus provenant de secteurs touristiques éligibles à des incitations spéciales, y compris le tourisme d'hiver, thermal, de santé, rural, ou le tourisme sportif qualifié. Notamment, la part touristique ne s'applique pas aux véhicules de tourisme maritime titulaires d'un certificat d'administration touristique délivré par le ministère de la culture et du tourisme.
Une taxe de 2 % est imposée sur les services d'hébergement spécifiques, ainsi que sur d'autres services tels que la nourriture et les boissons, les activités, les divertissements, l'accès aux piscines, les installations sportives, les services thermaux et les équipements similaires fournis par des établissements tels que les hôtels, les motels, les villages de vacances, les auberges, les hôtels d'appartements, les maisons d'hôtes, les campings, les chalets ou les maisons de montagne.

Les cotisations de sécurité sociale pour l'employeur et le salarié s'élèvent à 34,5 % du salaire d'un employé ; 14 % sont payés par le salarié et 20,5 % par l'employeur. En plus des cotisations de sécurité sociale, les cotisations de chômage s'élèvent à 3 % du salaire, 1 % pour l'employé et 2 % pour l'employeur. Le plafond mensuel de la sécurité sociale est de 150 018 TRY pour la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2024.
Les autres ressources utiles
Administration fiscale turque
 

Comparaison internationale de la fiscalité des entreprises

  Turquie Europe de l'est & Asie centrale Etats-Unis Allemagne
Nombre de paiements de taxes par an 10,0 13,9 10,6 9,0
Temps requis pour les formalités administratives en heures 170,0 226,2 175,0 218,0
Montant total des taxes en % des profits 42,3 36,5 36,6 48,8

Source : The World Bank - Doing Business, Dernières données disponibles.

Retour vers le haut

Les règles comptables

 

Le système comptable

Les normes comptables
La certification des comptes est effectuée conformément avec le Code commercial turc et les résultats obtenus doivent être envoyés au Ministère des finances.

Les entreprises publiques doivent se conformer aux IFRS. Les entreprises qui remplissent certaines conditions et opèrent dans des secteurs régulés doivent préparer aussi bien des bilans financiers individuels que consolidés en conformité avec les IFRS.

Les organismes comptables
BDDK, Site de l'Agence de régulation et supervision bancaire (en anglais)
POA, Autorité de supervision publique, des normes comptables et d'audit (POA)
Les lois comptables
La loi sur la comptabilité indépendante de 1989 (loi No. 3568/89) (applicable aux comptables et aux auditeurs), le Décret-loi sur l'organisation et responsabilités de l'Autorité de supervision publique, des normes comptables et d'audit de 2011 ainsi que le Code turc du commerce (loi No.o 6102 du 13 janvier 2011).
L'écart entre les normes nationales et les normes internationales (IAS/IFRS)
Les normes IFRS ont été adoptées entièrement en 2005, et sont obligatoires pour les sociétés locales aussi bien que pour les sociétés étrangères. Le GAAP national turc (les principes comptables unifiés) s'applique aux PME.
 

Les pratiques comptables

L'année fiscale
L'année fiscale correspond à l'année calendaire. Elle commence le 1er janvier et se termine le 31 décembre de la même année. Il est également permis d'utiliser une période fiscale spéciale avec l'agrément du Ministère des Finances.
La structure des comptes
La structure comptable comprend :
- Bilan consolidé
- Actifs
- Actifs circulants (liquidités, bons du Trwww.sayistay.gov.tr/en/ésor, investissements à court terme, créances, stocks, autres actifs circulants)
- Total des actifs circulant
- Actifs immobilisés
- Créances commerciales
Les obligations de publication
Le bilan et le compte de résultat doivent être exprimés en monnaie turque (TRY) et rédigés d'une façon claire, complète et facilement compréhensible de manière trimestrielle et annuelle (bilan comptable annuel).
 

La profession comptable

Les corps de métiers
Les professionnels et organismes habilités à contrôler puis à certifier les comptes des entreprises sont soumis à la Loi n°3568.
Les organismes professionnels
Association des experts-comptables de Turquie
TÜRMOB, Union des chambres des experts-comptables agréés de la Turquie.
Autorité de supervision publique, des normes comptables et d'audit (POA)
L'adhésion à l'IFAC (International Federation of Accountants)
Oui
L'adhésion à d'autres fédérations de comptables
Membre de la Fédération des Comptables Méditerranéens (FCM) ;
Membre de l'IAAER (International Association for Accounting Education and Research) ;
Membre de l'IASB (International Accounting Standards Board).
Les organismes d'audit
Les entreprises doivent faire appel à un commissaire aux comptes certifié pour établir un audit annuel de leurs états financiers. Vous pouvez consulter des compagnies d'audit, y compris Mazars Denge
et  Pricewaterhouse Coopers
 

Consultez French Desk pour trouver les sociétés d'audit et de conseil prêtes à vous accompagner en Turquie.

 

Retour vers le haut

Les taxes à la consommation

La nature de la taxe
Katma Deger Vergisi (KDV) ou Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA)
Le taux standard
Le taux général de TVA en Turquie est fixé à 20 % (depuis juillet 2023).
Le taux réduit
Exemples de biens et services imposables à 1 % : journaux et magazines, produits alimentaires de base, voitures de tourisme d'occasion.
Exemples de biens et services imposables à 10 % : denrées alimentaires, produits textiles, produits pharmaceutiques, produits médicaux, certains équipements de construction et les droits d'entrée dans les cinémas, les théâtres et les opéras.
Les exemptions de taxe à la consommation
Les exportations de biens et de services, les services rendus dans les ports de plaisance et les aéroports pour les transports maritimes et aériens, les transports internationaux, les livraisons aux personnes engagées dans la prospection pétrolière, les livraisons de biens aux détenteurs de certificats d'incitation à l'investissement, les ventes à la Direction de l'industrie de la défense sont des éléments totalement exonérés.

Les biens partiellement exonérés sont la location de biens immobiliers par un particulier, les transactions financières, les fournitures à certains organismes culturels, les fournitures par et à certains organismes gouvernementaux, l'eau pour l'agriculture, la fourniture d'or non traité, de monnaie en devises, d'actions et d'obligations, de timbres fiscaux, de ferraille, de plastique et de certains autres articles, les services de stockage effectués dans des entrepôts sous douane ou des lieux de stockage temporaire, la livraison de biens ou l'exécution de services dans les zones franches d'activité.
Les modes de calcul et de déclaration
Le taux de TVA s'applique au prix de vente des biens et des services en Turquie ainsi qu'aux importations en Turquie. Il n'y a pas de seuil de chiffre d'affaires pour l'enregistrement à la TVA. Toute personne ou entité engagée dans des activités couvertes par la loi sur la TVA doit en informer le bureau local des impôts où se trouve son établissement ou, si elle a plusieurs établissements, le bureau des impôts où l'entreprise est enregistrée aux fins de l'impôt sur le revenu. Les entreprises étrangères sans établissement en Turquie qui vendent des biens situés en Turquie doivent désigner un représentant fiscal (agent) pour s'enregistrer à la TVA, car l'enregistrement direct n'est pas possible. Ces entreprises doivent utiliser le mécanisme d'autoliquidation pour facturer la TVA.

Pour les services électroniques fournis par des prestataires de services non-résidents à des particuliers résidents qui ne sont pas enregistrés à la TVA en Turquie, les prestataires de services non-résidents doivent déclarer et payer la TVA. Les paiements de la TVA sont dus mensuellement et les déclarations de TVA doivent être déposées auprès du bureau local des impôts au plus tard le 28e jour du mois suivant. La TVA due est également payable le 28e jour du mois au cours duquel la déclaration est déposée.
Les autres taxes à la consommation
L'OTV ou Özel Tüketim Vergisi est une taxe spéciale à la consommation prélevée sur les produits pétroliers, les automobiles et autres véhicules, le tabac, l'alcool et les produits de luxe. Les services de télécommunication sont soumis à une taxe spéciale sur les communications (Özel İletişim Vergisi).
Les taxes sur les véhicules à moteur sont perçues sous forme de montants fixes sur une base annuelle, calculés en fonction de l'âge et de la cylindrée des véhicules.

Une "part touristique" est prélevée sur les entreprises désignées aux taux de 0,2 %, 0,5 % et 0,05 % du total des ventes nettes et des revenus de location provenant d'investisseurs individuels, de personnes morales ou d'exploitants d'entreprises touristiques commerciales. Ces taux sont réduits de moitié pour les revenus provenant de secteurs touristiques bénéficiant d'incitations spéciales, tels que le tourisme d'hiver, le tourisme thermal, le tourisme de santé, le tourisme rural ou le tourisme sportif. La part ne s'applique pas aux véhicules de tourisme maritime dotés d'un certificat de l'administration du tourisme.

En outre, une taxe de 2 % est imposée sur des services d'hébergement spécifiques et d'autres prestations telles que la nourriture et les boissons, les activités, les divertissements, l'accès aux piscines, les installations sportives et les services thermaux fournis par les hôtels, les motels, les villages de vacances, les auberges, les hôtels d'appartements, les maisons d'hôtes, les campings, les chalets ou les maisons de montagne.

Retour vers le haut

Les taxes sur le revenu des personnes

La distinction entre résident et non-résident
Les résidents sont imposés sur leurs revenus mondiaux, tandis que les non-résidents ne sont imposés que sur les revenus de source turque.
Les étrangers qui effectuent des missions d'affaires à court ou à long terme, qui passent des vacances, qui se font soigner ou qui suivent des études ne sont pas considérés comme des résidents à des fins fiscales, même s'ils séjournent plus de six mois en Turquie. En tant que tels, ils ne sont imposés que sur les revenus de source turque.

Les personnes dont le statut de résidence est incertain sont considérées comme des résidents si elles ont vécu en Turquie pendant une période continue (y compris les absences temporaires) de plus de six mois au cours d'une année civile.
 

Le taux standard

Barème de l'impôt sur le revenu (revenus salariés) 2024
De 0 à 110 000 TRY 15%
De 110 001 à 230 000 TRY 20%
De 230 001 à 870 000 TRY (580 000 pour les revenus non liés à l'emploi) 27%
De 870 001 (580 000 pour les revenus non liés à l'emploi) à 3 000 000 TRY 35%
Au dessus de 3 000 000 40%
 
Les déductions et les crédits d'impôt
Les employés individuels ne peuvent pas prétendre à des déductions professionnelles, mais les contributions à des régimes de retraite agréés en Turquie sont déductibles.

Les dons à des institutions spécifiques sont déductibles. Les particuliers qui remplissent une déclaration d'impôt annuelle peuvent déduire les frais d'éducation documentés encourus en Turquie pour eux-mêmes et leur famille, jusqu'à concurrence de 10 % de l'assiette de l'impôt sur le revenu. Les primes d'assurance personnelle pour le particulier, son conjoint et/ou ses enfants sont également déductibles, mais limitées à 15 % du revenu brut mensuel du particulier et du montant du salaire minimum annuel.

Pour les revenus d'entreprise, les mêmes déductions générales que celles applicables aux sociétés sont disponibles.
Les régimes spéciaux concernant les expatriés
Un ressortissant étranger qui reste couvert par le système de sécurité sociale de son pays d'origine est exempté du paiement des primes de sécurité sociale turque pendant une période maximale de trois mois, à condition que la preuve de la couverture étrangère soit déposée auprès du bureau local de sécurité sociale. S'il existe un traité de sécurité sociale entre le pays d'origine et la Turquie, la période d'exonération peut être prolongée conformément au traité. Si l'employé n'est pas couvert par la sécurité sociale étrangère, il devra généralement cotiser intégralement en Turquie.
L'imposition sur la richesse
Une taxe foncière s'applique à la valeur des bâtiments et des terrains possédés en Turquie (0,1 % si le bâtiment est utilisé comme résidence et sur les terrains ; 0,3 % pour les sites de construction). Une taxe sur les logements résidentiels de grande valeur (HVRHT) s'applique aux logements résidentiels d'une valeur supérieure à 12 880 000 millions de TRY (2024), avec des taux variant entre 0,3 % et 1 %, en fonction de la valeur de la résidence au regard de l'impôt foncier.
L'enregistrement d'un transfert de biens immobiliers est soumis à une taxe de transfert de biens immobiliers de 4 % de la valeur d'acquisition/transfert, qui est répartie à parts égales entre l'acheteur et le vendeur.

Un impôt sur les donations de 10 à 30 % est appliqué aux biens acquis en tant que cadeaux ou par héritage, en plus d'un impôt sur les successions de 1 à 10 % de la valeur estimée du bien hérité.

Les salariés versent 14 % de leur salaire à la sécurité sociale (calculé sur la base d'un salaire minimum de 20 002,50 TRY et maximum de 150 018,90 TRY par mois en 2024), et 1 % à l'assurance chômage (calculé sur la base d'un salaire maximum de 150 018,90 TRY par mois en 2024).

Le droit de timbre s'applique au taux de 0,759 % sur le salaire brut pour les personnes qui perçoivent leur revenu d'une entreprise locale. Pour les personnes qui déposent une déclaration d'impôt, ce droit est remplacé par des frais de dépôt fixes de 467,20 TRY.

Aucun impôt sur la fortune ou le patrimoine net n'est appliqué.

Retour vers le haut

Les conventions de non double imposition

Les pays avec lesquels une convention de non double imposition a été signée
Liste des conventions sur la double imposition signées par la Turquie
Les retenues à la source
Dividendes : 0% (sociétés résidentes)/10% (particuliers résidents et non-résidents) ; Intérêts : 0% (résidents et pour les "entités financières")/10% (intérêts sur prêt pour les non-résidents) ; Redevances : 0 % (sociétés résidentes)/20 % (personnes physiques résidentes et non-résidentes).
Les accords bilatéraux
La France et la Turquie sont liées par une convention de non double imposition.
Celle-ci a été signée à Paris le 18 février 1987, et est entrée en vigueur le 1er juillet 1989.
Elle tend à éliminer les doubles impositions en matière d'impôts sur le revenu.
Télécharger la convention en français.

Retour vers le haut

Les sources d'information fiscale

Les autorités fiscales
Administration fiscale turque
Ministère des Finances
Les autres ressources utiles
Investir en Turquie
Les guides
Guide fiscal PwC - Turquie

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juin 2024

Mentions légales   ·   Politique de cookies    ·   Traitement des données personnelles    ·   Support technique   ·   Plan du site   ·   Préférences cookies

Site réalisé par eexpand.

Prendre un rdv Une question ? Accéder à la démo